La triche par l'intelligence artificielle : ces étudiants ont essayé ChatGPT

S.M
Publié le 11 janvier 2023 à 17h10

Source : JT 20h WE

À Lyon, un enseignant d'université en handicapologie a eu une drôle de surprise en corrigeant les copies de ses élèves, qui présentaient des similitudes étranges.
Il a découvert qu'ils avaient eu recours à l'intelligence artificielle ChatGPT, disponible depuis fin novembre.
Un phénomène qui serait massif, notamment dans les lycées.

Quand la fiction devient réalité. À Lyon, un enseignant d'université en handicapologie a eu une drôle de surprise en corrigeant les copies de ses élèves, en ce début d'année. La moitié des travaux manuscrits de ses étudiants - 7 sur 14 - présentaient en effet d'étranges similitudes, sans être du plagiat. Pour autant, ceux-ci étaient construits exactement de la même manière, de la construction grammaticale à l'ordre du raisonnement, avec "les mêmes qualités et les mêmes défauts".

En interrogeant directement ses élèves, Stéphane Bonvallet a découvert que ces derniers avaient eu recours à l'intelligence artificielle ChatGPT, témoigne-t-il auprès du quotidien Le Progrès. Les étudiants s'étaient apparemment passé le mot sur les réseaux sociaux pour utiliser cet agent conversationnel intelligent très puissant, développé par la société américaine OpenAI, disponible gratuitement depuis fin novembre 2022, afin de réaliser leurs travaux. Une pratique qui pourrait être répandue massivement.

Le phénomène serait massif au lycée

Cette technique de triche est d'autant plus déroutante qu'elle fonctionne : les copies valaient "entre 10 et 12,5", s'est étonné l'enseignant, qui était loin d'imaginer que de tels travaux automatisés puissent valoir la moyenne. Il a donc mis 11,75 aux sept copies en question. Faute d'un encadrement de cette nouvelle pratique par l'université - qui s'est saisie de la question - Stéphane Bonvallet a en effet dû se résoudre à noter ses élèves. 

"Cette pratique m’inquiète. Elle pose un véritable problème d’intégration des savoirs, car les élèves n’ont plus besoin d’effectuer la moindre recherche pour composer", a-t-il confié au Progrès. Une inquiétude qu'il partage visiblement avec d'autres collègues, qui soupçonnent un phénomène massif. "L’utilisation de ChatGPT serait particulièrement importante dans les lycées. Cette histoire prend une ampleur incroyable. Je ne sais pas comment cela va se régler. Mais il va falloir trouver rapidement une solution...", a-t-il averti. 

Forte d'une base de donnée constituée de plus de 175 milliards de paramètres, ChatGPT présente des fonctionnalités bluffantes, allant bien au-delà que celles des intelligences artificielles utilisées au quotidien telles que Siri d’Apple, Google assistant ou Alexa d'Amazon. ChatGPT est en effet capable d'écrire un poème, une lettre d’amour, le scénario d'un film, de résoudre une équation mathématique, un problème métaphysique ou bien encore de rédiger une dissertation, donc. Les possibilités sont infinies ou presque. Un outil superpuissant, déjà interdit dans les écoles de l'autre côté de l'Atlantique, à New York, qui serait pris au sérieux par l'Éducation nationale. 


S.M

Tout
TF1 Info