Twitter désormais dans la galaxie Musk

Mastodon, le réseau social qui séduit les déçus de Twitter

Matthieu DELACHARLERY
Publié le 28 octobre 2022 à 16h56
JT Perso

Source : TF1 Info

De nombreux utilisateurs, effrayés par la prise de contrôle par Elon Musk de Twitter, annoncent vouloir quitter la plateforme à l'oiseau bleu.
Car le milliardaire entend revoir les règles de modération du média social pour donner plus de place à la liberté d'expression.
La plateforme Mastodon, qui revendique 230 000 nouveaux utilisateurs depuis l'annonce du rachat, entend bien tirer profit de ce coup de projecteur pour attirer de nouveaux utilisateurs.

Avec son gros mammouth en guise de logo, Mastodon n'a pour ainsi dire jamais vraiment décollé depuis son lancement, courant 2016, dans l'indifférence quasi générale. Le réseau social au pachyderme, qui revendique quelque 600.000 inscrits en France (très loin des 12,8 millions de son proche cousin à l’oiseau bleu), entend aujourd'hui tirer profit de l'exode des utilisateurs de Twitter après l’arrivée controversée d’Elon Musk aux commandes.

Depuis les heures qui ont suivi l'officialisation du rachat de Twitter, la plateforme concurrente, créée par l'Allemand Eugen Rochko, figure ainsi parmi les sujets les plus discutés sur le média social à l’oiseau bleu. Et un certain nombre d'utilisateurs ont fait part de leur intention de déserter. Car au cours des derniers mois, Elon Musk a répété vouloir renforcer la liberté d'expression au détriment de la modération. Et beaucoup craignent une poussée massive, sur Twitter, de désinformation et de discours haineux.  Dans un entretien, Jochko a déclaré que Mastodon avait gagné 230 000 nouveaux utilisateurs depuis le 27 octobre.

Déjà en avril dernier, alors que le deal semblait déjà scellé pour le rachat de Twitter, son clone était déjà perçu comme une terre d'asile pour de nombreux utilisateurs déçus de la plateforme à l'oiseau bleu. "Nous observons un afflux d'environ 41.287 utilisateurs sur le réseau Mastodon aujourd'hui", avait même lancé, un brin provocateur, l'entreprise allemande, depuis son compte Twitter. Désormais, Mastodon espère profiter de ce nouveau coup de projecteur pour attirer de nouveaux utilisateurs. 

Mais alors, pourquoi choisir ce réseau social plutôt qu’un autre ? La réponse sort de la bouche de son créateur : "Parce qu'il est décentralisé et open source, il ne peut pas être vendu et ne fera pas faillite. Il respecte votre vie privée et donne le contrôle du réseau aux personnes. C'est un produit au-dessus d'un protocole, comme Twitter aurait dû l'être", explique, dans un tweet, Eugen Rochko. Ajoutons, comme nous allons le voir, que les deux outils partagent de nombreuses similarités.

Un aperçu de l'interface du réseau social Mastodon. - MASTODON

Commençons tout d’abord par le fonctionnement. Sur ce point, la plateforme au pachyderme ressemble à s’y méprendre à celle de Twitter. Les deux repose sur un service de "microblogging", permettant d'échanger en temps réel de courts messages, en les accompagnant de contenus multimédias (image, vidéo, GIF, etc.). À la différence que sur Mastodonte, on publie des "pouets". Non pas en 280 caractères, comme sur Twitter, mais en 500 signes. 

Les deux plateformes proposent par ailleurs de suivre des profils, retweeter (ou "booster"), mentionner un utilisateur pour démarrer une conversation, marquer un message en favori ou encore recevoir des messages privés. Côté interface, le design s’inspire du célèbre logiciel Tweetdeck, un outil qui permet de gérer les flux de divers réseaux sociaux.

Des outils contre le harcèlement en ligne

Là où le réseau social au pachyderme se démarque réellement de son rival, c’est sur le harcèlement en ligne. Car Twitter est régulièrement pointé du doigt pour l’absence de modération. Les utilisateurs peuvent, en un clic, paramétrer le niveau de confidentialité de leurs messages sur la plateforme. Celui-ci peut être "public", "privé" ou encore "direct", c’est-à-dire que le message n’est visible que par les utilisateurs qui sont mentionnés.

Sur Mastodon, une option permet aussi de masquer un contenu, image ou texte, pour qu'il s'affiche uniquement en cliquant sur un bouton. 

Lire aussi

Mais Mastodon se distingue surtout de son imposant rival par le fait qu'il est open source. De cette manière, tous ceux qui savent coder peuvent le télécharger, l'installer ou éventuellement le modifier. Mais aussi le rendre utilisable sur des adresses de leurs choix, ce qu'on appelle des "instances". Faisant office de communautés, ce sont les différentes adresses où des utilisateurs ont installé le logiciel Mastodon. À ce jour, on en compte environ 1400 en langue française.

En fonction de leur administrateur, ces instances peuvent avoir des règles différentes, dont il vaut mieux prendre connaissance avant de les rejoindre. Après votre inscription, vous serez redirigé directement vers mastodon.social, la plus populaire. Mais vous pouvez aussi choisir une autre communauté en sélectionnant la thématique de votre choix. Enfin, le réseau étant décentralisé, vous ne transiterez plus par les serveurs d’un géant du web, comme c'est le cas sur Twitter ou Facebook.


Matthieu DELACHARLERY

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info