Metal Gear Solid 5 : presque un chef-d'oeuvre

Le service METRONEWS
Publié le 3 septembre 2015 à 15h37
Metal Gear Solid 5 : presque un chef-d'oeuvre

JEUX VIDEO - Attendu depuis belle lurette par des cohortes de fans enthousiastes, Metal Gear Solid 5 est incontestablement un des titres majeurs de cette rentrée 2015 même si tout n'est pas parfait dans le monde de Big Boss.

Metal Gear Solid est certainement au jeu vidéo ce que le cinéma d'auteur est aux films de Michael Bay. Oser émettre la moindre critique à l'encontre de cette saga née en 1987 et imaginée par le Japonais Hideo Kojima, revient à s'assurer l'ire des nombreux fans, adeptes de la première heure ou non, rares étant in fine les joueurs ayant terminé la vingtaine d'épisodes que compte la série. Il est donc de bon ton pour la sortie de ce nouveau Metal Gear Solid V The Phantom Pain de se joindre à la foule enthousiaste et de crier une nouvelle fois au génie. Même si cet MGS V est incontestablement un très bon jeu vidéo, il faut savoir distinguer un titre d'excellence du véritable chef-d'œuvre.

Metal Gear Solid V c'est un jeu d'action mais aussi et peut-être surtout d'infiltration. Au fil d'une histoire riche et complexe pour qui ne connaît pas la série sur le bout des doigts, il s'agit d'infiltrer des bases, de capturer des ennemis, dé débloquer des armes afin d'accomplir les nombreuses missions qui composent une aventure qui tient le joueur en haleine plusieurs dizaines d'heures. Dans un monde ouvert à la GTA (la diversité et la richesse en moins), le joueur évolue en incarnant Big Boss, soldat d'élite et personnage emblématique de la saga.

Un jeu très "écrit" presque trop

L'une des forces de cette série reste incontestablement sa profondeur, sa mythologie très dense, fouillée, imaginatives et particulièrement originales. Avec sa galerie de personnages devenus cultes au fil des ans la série possède ses véritables stars emblématiques. Mieux vaut connaître celles-ci pour apprécier et comprendre l'intrigue. Les néophytes en seront sans doute pour leurs frais. Reste pour les autres un épisode clé venant combler certaines interrogations scénaristiques… même s'il faudra pour cela se montrer patient.

Il faudra clairement s'armer de patience pour découvrir la véritable fin du jeu qui prendra place plusieurs heures après… le générique de fin. Pensez à ne pas éteindre votre console à ce moment ! Il faudra néanmoins pour accéder à cette ultime fin penser à accomplir de nombreuses missions qui a priori sont… annexes. Autant dire que de nombreux joueurs feront sans doute forfait. Mais sans doute est-ce que découvrir la fin d'une saga d'une telle ampleur se mérite ?

Un jeu PlayStation4, PlayStation3, XboxOn, Xbox 360 et PC via Steam vendu 50 euros environ.

ON A AIMÉ

Un véritable univers. Le monde Metal Gear Solid est riche, dense, très écrit et surtout complexe.

 De longue haleine. Comptez plusieurs dizaines d'heures pour voir le bout de cette longue aventure.

 Infiltration. MGS V reste un vrai jeu d'infiltration truffé de très bonnes idées.

 Un monde ouvert. On se promène pour la première fois librement dans l'univers MGS.


ON A MOINS AIMÉ

 Répétitif. On a parfois l'impression de faire encore et encore la même mission… Plus de variété aurait été la bienvenue.

 Cryptique. Difficile pour les néophytes de comprendre les tenants et les aboutissants d'une trame scénaristique confuse pour qui ne possède pas les clés.

 De la vraie new gen ? Initialement créé pour PS3 et Xbox 360, le jeu atterrit finalement sur PS4 et Xbox One. D'où certaines faiblesses techniques et graphiques.

Verdict
MGS V est assurément une œuvre majeure du jeu vidéo. Titre incontournable pour les adeptes de la série, il laissera sans doute sceptique les joueurs profanes qui ne connaissent pas la saga. Passionné, le créateur Hideo Kojima livre là le dernier épisode de la saga à ses fans qui pardonneront certaines errances sur la forme au profit d'une écriture dense, parfois confuse, pour un propos intelligent. Un jeu d'auteur conçu comme un blockbuster.
 


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info