Quel futur pour demain ?

Poubelle connectée, logiciel qui détecte les rues sales... : comment l'IA rend déjà la ville la plus propre

La rédaction de LCI
Publié le 5 mars 2020 à 18h31
Une poubelle Big Belly installée sur le parvis de La Défense.

Une poubelle Big Belly installée sur le parvis de La Défense.

Source : FUTURE STREET

MUNICIPALES - C'est l'un des grands thèmes dans la course à la mairie de Paris, et plus globalement dans les grandes villes : la propreté. Des startups proposent d'améliorer la collecte, le tri et le recyclage grâce aux technologies d'intelligence artificielle. Notre sélection d'initiatives.

Poubelles qui débordent, trottoirs minés de déjections canines, mégots de cigarettes jetés au sol, objets encombrants abandonnés... Le thème de la propreté des rues de la capitale a été abordé longuement lors de l'émission "La grande confrontation" diffusé ce mercredi 4 mars sur LCI, entraînant un échange assez vif entre l'actuelle maire Anne Hidalgo et la candidate LaREM Agnès Buzyn. Le sujet est aussi une préoccupation importante dans les grandes villes.

Face au boom des ordures, la plupart des métropoles de la planète, dont Paris, misent notamment sur les technologies d’intelligence artificielle (IA) pour améliorer la propreté des centres urbains. Au cours des prochaines décennies, la production annuelle d’ordures va en effet exploser pour atteindre 3,4 milliards de tonnes en 2050, selon un rapport de la Banque mondiale. De la collecte au recyclage, en passant par le tri sélectif, petit tour d’horizon, non exhaustif, des solutions innovantes pour que la ville de demain ne devienne pas une décharge à ciel ouvert.

"La grande confrontation" : Hidalgo et Buzyn se piquent sur la propreté dans ParisSource : TF1 Info
JT Perso

Une IA qui détecte les rues les plus sales

D’un quartier à l’autre, d’une rue à une autre, la voie publique n’offre pas toujours le même visage. Le mathématicien Cédric Villani, député de l’Essonne et candidat à la mairie de Paris, propose dans son programme d’utiliser des logiciels qui, à partir de caméras installées sur des voitures, détectent automatiquement les rues plus sales que les autres, grâce à l’intelligence artificielle. De quoi réduire les collectes inutiles et surtout optimiser les itinéraires. Ce système pourrait également s’appuyer sur le réseau de 1.300 caméras déjà présentes dans la capitale. 

A Moscou, les services de la ville utilisent déjà des technologies d'IA pour gérer le flux des 146.000 caméras, notamment pour s'assurer que les déchets sont bien ramassés.

Lire aussi

Des poubelles dites "intelligentes"

Quelque 320 poubelles high-tech sont en cours d'expérimentation dans la capitale - au total, 40 villes françaises en sont équipées. Alimentée par un panneau solaire, la "BigBelly" ("gros ventre", en anglais), possède un système permettant de compacter automatiquement les déchets. Objectif :  optimiser la capacité de remplissage de la poubelle. Grâce à ce procédé, elle peut accueillir jusqu’à 600 litres de déchets, soit l’équivalent de six poubelles classiques, selon son concepteur, la société Future Street.

Connectée, le conteneur possède également des capteurs qui indiquent en temps réel son taux de remplissage aux agents en charge de la vider. Cerise sur le gâteau, pour inciter les usagers, une application leur permet de se voir attribuer des récompenses (places de spectacles, par exemple) en scannant le "QR code" de la poubelle, via une application dédiée. Une version permettant le tri sélectif est aussi en cours d'expérimentation dans certaines villes, comme à Cannes et Vincennes.

Intelligente et connectée, la poubelle "BigBelly" est testée actuellement dans plus de 40 villes françaises. - FUTURE STREET

Des robots pour le tri sélectif

En bout de chaîne, pour trier les déchets plus efficacement, des robots formés grâce aux technologies d'intelligence artificielle (IA) pourraient constituer une solution. Sur son site d’Amiens, l'entreprise Veolia teste actuellement un robot de ce type pour améliorer le recyclage des déchets. Une première en Europe. Doté d'une caméra lui permettant de "voir" les produits qui transitent sur le tapis roulant, et d'un "cerveau" transmettant des consignes à un bras articulé, Max AI, c'est son petit nom, est capable de faire le travail des opérateurs de tri, mais plus rapidement.

Max AI est capable d'identifier les déchets et de les trier - VEOLIA

De l'autre côté de l'Atlantique, Google forme actuellement des robots trieurs de détritus. Comme beaucoup d’entreprises de nos jours, les bureaux d’Alphabet fourmillent de poubelles. Désormais, chacune est dédiée à un type de déchets bien précis dans le but de faciliter le recyclage. Une pour les déchets classiques. Une pour le verre. Une pour le carton et une autre pour le plastique. Parfois, il arrive néanmoins que les salariés se trompent et placent leurs ordures dans le mauvais bac, par accident. Le robot d’Alphabet X a justement pour mission de passer après et de s’assurer que chaque déchet est bien à sa bonne place. Il est capable reconnaître un déchet en fonction de sa matière et à le déplacer dans le bon réceptacle, quand ce n’est pas le cas.

A terme, des brigades de robots de ce type pourraient-elles quitter l'usine pour arpenter les villes ? L'idée n'est pas si farfelue.

Le robot qui... trie les déchetsSource : Sujet TF1 Info
JT Perso

Retrouvez tous nos articles sur les élections municipales à Paris en cliquant sur ce lien


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info