La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Télétravail et confinement aidant, le trafic internet repart en très forte hausse

Cédric Ingrand
Publié le 5 novembre 2020 à 18h02
Télétravail et confinement aidant, le trafic internet repart en très forte hausse

Source : iStock

BIG DATA - Face à des volumes de données qui grimpent en flèche, les opérateurs retrouvent les pointes de trafic du premier confinement. Pas de panique pour autant, la ruée des Français vers la fibre est passée par là.

Voir l'internet saturer sous la charge de millions de connexions simultanées, de familles entières confinées à la maison, pour travailler à distance, pour se distraire aussi. C'était l'un des effets induits, et l'une des craintes nées du confinement précipité du printemps dernier.

8 mois plus tard, les mêmes causes aboutissant aux mêmes effets : le trafic de données sur Internet connaît une fois encore des sommets. C'est la Fédération Française des Télécoms, qui regroupe tous les grands opérateurs, qui en avertit aujourd'hui :  les réseaux des principaux fournisseurs d'accès ont tourné à plein ces derniers jours. La FFT qui du coup ressort les conseils de frugalité prodigués lors du premier confinement.

L'école à la maison en moins

Depuis le 30 octobre dernier, les opérateurs rapportent avoir observé un trafic en hausse de 30% environ, presque à l'identique des effets du premier confinement. Si la situation est comparable, elle n'en est pas pour autant réellement identique. D'abord, les chiffres ne sont pas les mêmes. Là où la France entière s'était précipitée vers le télétravail en quelques jours seulement, la proportion de salariés qui travaillent hors-les-murs de l'entreprise se situe aujourd'hui autour de 20 %. Surtout, ce nouveau confinement n'a pas entraîné la fermeture des écoles, plus besoin donc de gérer un multitache périlleux entre le télétravail des parents et l'école à la maison des enfants. Une situation qui a elle aussi un impact sur le trafic de données sur les réseaux.

Lire aussi

Autre différence, née en bonne partie du premier confinement : plus encore qu'auparavant, les Français se sont rués sur la fibre. Selon les chiffres de l'Arcep, les abonnements au très haut débit dans le fixe ont bondi depuis le début de cette année, pour passer de 7,6 à 8,3 millions de connexions.

Pour éviter tout engorgement de leurs réseaux en journée, les opérateurs conseillent dans la mesure du possible de privilégier les connexions domestiques, le WiFi plutôt que la 4G donc. Mais le syndicat des opérateurs se veut rassurant, tous disent jusque-là maîtriser la situation. Au printemps, l'enjeu de l'encombrement des réseaux était tel que l'exécutif avait demandé à Disney de différer le lancement français de son service de vidéo à la demande Disney+, et à Youtube, Netflix, et Amazon Prime Video de brider leurs débits par défaut. 


Cédric Ingrand

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info