La plateforme chinoise, qui a séduit plus de 1,5 milliard d'utilisateurs dans le monde, fait l'objet d'une défiance croissante de la part des Occidentaux.
Aux États-Unis, une proposition de loi pourrait déboucher sur l'interdiction totale de l'application, qui compte pas moins de 170 millions d'utilisateurs.
À l'échelle mondiale, plusieurs pays ont pris des mesures afin de limiter son usage. En voici la liste.

Né il y a douze ans à Pékin, le géant chinois de l'internet ByteDance est connu dans le monde pour être la maison mère de TikTok, mais se trouve désormais dans le collimateur de plusieurs pays. La plateforme, qui a séduit plus de 1,5 milliard d'utilisateurs dans le monde, fait l'objet d'une défiance croissante de la part des Occidentaux, craignant que l'application ne permette aux autorités chinoises d'accéder trop facilement aux données sensibles des utilisateurs. 

Voici la liste  des pays qui ont pris des mesures contre le réseau social développé par la Chine sur lequel pèsent de forts soupçons concernant un risque d'espionnage notamment.

Afghanistan

Le gouvernement des talibans a ordonné, en avril 2022, l'interdiction en Afghanistan de la plateforme de partage de vidéos TikTok, estimant que le contenu de la plateforme chinoise "induit en erreur la jeune génération", selon les déclarations de son porte-parole, Inamullah Samangani, sur le réseau social X. Le "contenu immonde de TikTok n'est pas conforme aux lois islamiques", avait-il souligné par la suite auprès du magazine américain Bloomberg. Un peu plus de neuf millions d'Afghans, sur une population de plus de 38 millions de personnes, auraient accès à une connexion internet, selon des chiffres du site spécialisé DataReportal. Près de quatre millions d'entre eux utiliseraient les réseaux sociaux.

Australie

Depuis avril 2023, l'Australie a interdit TikTok sur tous les appareils appartenant au gouvernement fédéral, pour des raisons de sécurité. L'interdiction souligne les inquiétudes croissantes selon lesquelles la Chine pourrait utiliser l'entreprise basée à Pékin, détenue par ByteDance Ltd, pour collecter des données sur les utilisateurs afin de faire avancer son programme politique, sapant ainsi les intérêts de sécurité de l'Occident.

Belgique

En mars 2023, la Belgique a interdit l'usage de TikTok sur les téléphones de fonction fournis par l'État fédéral, avançant un risque de détournement de données sensibles au bénéfice de la Chine. "Nous ne pouvons pas être naïfs : TikTok est une entreprise chinoise qui est actuellement mandatée pour coopérer avec les services de renseignement chinois", avait justifié, dans un communiqué le Premier ministre belge, Alexander De Croo.

Les fonctionnaires belges peuvent toujours utiliser TikTok sur leurs téléphones personnels, mais les autorités leur recommandent tout de même de ne pas l'installer. La Belgique, qui accueille les sièges de l'Otan et de nombre d'institutions européennes, est "une cible très attirante pour l'espionnage et les activités d'influence chinois", soulignait en janvier de la même année le service de renseignement civil belge, dans un rapport. 

Canada

En février 2023, le gouvernement canadien a banni TikTok de tous les appareils mobiles qu'il fournit à son personnel, en raison du fait que l'application présente un niveau inacceptable de risque pour la vie privée et la sécurité. "La décision de retirer et de bloquer TikTok des appareils mobiles du gouvernement est prise par précaution, notamment en raison des préoccupations concernant le régime juridique qui régit les informations collectées à partir des appareils mobiles, et est conforme à l'approche de nos partenaires internationaux", avait indiqué la présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier. 

Danemark

En février 2023, le gouvernement danois a déconseillé à ses membres et à ses employés de télécharger l'application développée par la Chine sur leurs téléphones professionnels, en raison des incertitudes entourant l’utilisation des données par l'entreprise ByteDance, la maison mère de TikTok. La décision fait suite aux recommandations du Centre danois de cybersécurité (CFCS) de supprimer TikTok de leurs appareils officiels, y compris les téléphones portables, en raison d'"un risque d'espionnage". 

États-Unis

Le 20 avril dernier, les élus de la Chambre des représentants ont adopté une proposition de loi qui pourrait déboucher sur l'interdiction totale de l'application, qui compte 170 millions d'utilisateurs aux États-Unis. S'il entre en vigueur, le texte obligera ByteDance, la maison mère chinoise de TikTok, à vendre l'application dans un délai de douze mois, faute de quoi elle serait exclue des boutiques d'applications d'Apple et de Google sur le territoire américain.

TikTok a reconnu que des employés en Chine avaient accédé aux informations de comptes d'Américains, mais a toujours nié transmettre ces données aux autorités. Depuis février 2023, une loi interdit l'installation de l'application TikTok sur les appareils des agents publics (agences fédérales, universités, partis politiques, armée...). Une loi adoptée en mai par l'État du Montana (nord-ouest) pour interdire la plateforme avait été suspendue par un tribunal fédéral en novembre au motif qu'elle violait les droits constitutionnels en matière de liberté d'expression.

France

En mars 2023, le gouvernement français a interdit l'installation ou l'utilisation d'applications "récréatives" sur tous les appareils détenus par l'État, le gouvernement français a interdit l'installation ou l'utilisation d'applications "récréatives", dont le réseau social chinois, sur les téléphones des fonctionnaires. "Qu'il s'agisse du président de la République, de la Première ministre ou des membres du gouvernement, nous disposons de téléphones professionnels qui ne tolèrent pas l'installation de quelque application que ce soit", avait souligné Olivier Véran, alors porte-parole du gouvernement, avant cette annonce. Le ministère des Armées avait déjà rappelé que "ces applications sont interdites sur les téléphones professionnels" des militaires.

Inde

L'inde a été le premier pays à interdire l'application sur son territoire en 2020,au nom de la sécurité nationale, estimant que le réseau social chinois menace "sa souveraineté et son intégrité". La décision de bannir TikTok par les autorités indiennes fait suite à des affrontements sanglants à la frontière disputée avec la Chine dans l'Himalaya.

Népal

En novembre 2023, les autorités népalaises ont ordonné l'interdiction du réseau social chinois, estimant que son contenu "nuit à l'harmonie sociale". La ministre des communications et des technologies de l'information, Rekha Sharma, avait déclaré à la BBC que la plateforme diffusait des "contenus malveillants". 

Norvège

En mars 2023, le gouvernement norvégien a interdit le réseau social chinois sur les appareils professionnels de tous les fonctionnaires du pays, en raison de "craintes d'espionnage". Si leur usage répond à des justifications professionnelles, TikTok peut toujours être employés par les fonctionnaires, mais sur des appareils qui ne sont pas reliés aux systèmes numériques des administrations, avait précisé le ministère.

Nouvelle-Zélande

Depuis mars 2023, les autorités néo-zélandaises ont banni TikTok des appareils gouvernementaux et de ceux des membres du Parlement, en raison d'inquiétudes sur la sécurité des données.

Pays-Bas

En janvier 2023, le gouvernement a déconseillé à ses fonctionnaires l'utilisation de TikTok sur leurs téléphones professionnels. La décision fait suite à un avis des services de renseignements néerlandais (AIVD) d'"un risque accru d'espionnage" via l'utilisation de cette application gérée par un pays avec un "cyberprogramme offensif". 

Royaume-Uni

En mars 2023, après la décision du gouvernement de bannir TikTok des appareils gouvernementaux, le réseau social chinois a été interdit sur tous les appareils parlementaires et du réseau parlementaire. Le Parlement britannique avait supprimé, en 2022, son compte pilote sur TikTok, après les craintes exprimées par certains députés sur la sécurité des données. 

Le gouvernement écossais a décidé, lui aussi, d'empêcher l'installation du réseau social chinois sur ses téléphones professionnels.

Somalie

Le gouvernement somalien a décrété, en août 2023, l'interdiction de TikTok afin d'empêcher la diffusion de contenus indécents et de propagande des communications. "Le ministre des communications ordonne aux sociétés Internet d'arrêter les applications susmentionnées, que les terroristes et les groupes immoraux utilisent pour diffuser constamment des images horribles et des informations erronées au public", avait déclaré le ministre, Jama Hassan Khalif, dans un communiqué.

Taïwan

Depuis décembre 2022, l'application TikTok et sa version chinoise Douyin ne peuvent plus être installés ni utilisés sur des appareils publics ou dans des bureaux gouvernementaux. Rien d'étonnant, quand on sait que la république populaire de Chine revendique tous les territoires administrés par Taïwan comme faisant partie de son territoire.


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info