Départs en cascade, bâtiments fermés... les utilisateurs craignent la fin de Twitter

A. Lo.
Publié le 18 novembre 2022 à 10h53

Source : TF1 Info

Au lendemain d'un ultimatum du nouveau dirigeant de Twitter, Elon Musk, de nombreux salariés ont annoncé leur départ de l'entreprise.
Dans la foulée, Twitter a fait savoir que les locaux de l'entreprise resteraient fermés jusqu'au 21 novembre.
Si bien que de nombreux utilisateurs craignent la fin du réseau social.

Serait-ce le chant du cygne pour l'oiseau bleu ? Au lendemain d'un ultimatum d'Elon Musk pour savoir s'ils souhaitaient rester chez Twitter, les départs d'employés se sont multipliés. Selon plusieurs médias américains, des centaines de salariés ont choisi de partir, s'ajoutant aux précédentes vagues de départs et jetant le doute sur la capacité pour le réseau social de continuer à fonctionner.

Des départs en cascade

Les salariés avaient jusqu'à jeudi après-midi pour s'engager à "travailler de longues heures à haute intensité" au sein de Twitter, sous peine de devoir quitter l'entreprise avec une indemnité correspondant à trois mois de salaire. Une méthode qui détonne même aux États-Unis, où le droit du travail est moins protecteur que dans beaucoup de pays développés.

À la suite de cet ultimatum, Twitter a par ailleurs prévenu tous les employés que les bâtiments de l'entreprise étaient temporairement fermés et inaccessibles, même avec un badge. "Les bureaux rouvriront lundi 21 novembre. Merci pour votre flexibilité. Merci de continuer à vous conformer au règlement interne en vous abstenant de discuter d'informations confidentielles sur les réseaux sociaux, avec la presse ou ailleurs", était-il indiqué dans le courrier interne, publié par plusieurs médias américains

Jeudi soir, des messages anti-Elon Musk ont été projetés sur la façade du siège de l'entreprise à San Francisco, dont "Elon Musk, ferme-la", "Stop au Twitter toxique" ou "En avant vers la faillite", d'après des photos de Gia Vang, une journaliste de l'antenne locale de la chaîne NBC.

La moitié des 7500 employés du groupe californien ont déjà été licenciés il y a deux semaines par le multimilliardaire, et quelque 700 salariés avaient déjà démissionné pendant l'été, avant même d'être sûrs que l'acquisition aurait lieu. Jeudi soir, de nombreux utilisateurs du réseau social, notamment des ex-collaborateurs, des journalistes et des analystes, se demandaient donc si la fin de Twitter était proche. 

Le hashtag #RIPTwitter était ce vendredi matin encore en tête des tendances. "Plusieurs employés nous ont dit que les chances que Twitter s'effondre dans un avenir proche sont très élevées", rapportait Alex Heath, journaliste du média américain spécialisé dans les nouvelles technologies, The Verge. "Et... nous venons d'atteindre un nouveau pic d'utilisation de Twitter, lol", a de son côté ironisé Elon Musk, qui a racheté la plateforme pour 44 milliards de dollars le 27 octobre dernier.


A. Lo.

Tout
TF1 Info