Des journalistes couvrant Twitter et son nouveau propriétaire, Elon Musk, ont vu leur compte être suspendu par la plateforme.
Berlin a exprimé son inquiétude pour "la liberté de la presse".
L'Union européenne n'exclut pas d'éventuelles sanctions.

Le Twitter d'Elon Musk secoué par de nouveaux rebondissements. Jeudi 15 décembre, plusieurs journalistes qui couvrent le réseau social et son nouveau propriétaire ont vu leur compte se faire suspendre sur la plateforme après que certains ont tweeté à propos de la décision du réseau social mercredi de suspendre le compte qui rapportait automatiquement les trajets du jet privé d'Elon Musk.

De nouvelles réglementations contradictoires

Parmi les journalistes suspendus figurent des employés de médias comme CNN, le New York Times, ou le Washington Post, d'autres étant des journalistes indépendants. "La suspension impulsive et injustifiée d'un certain nombre de reporters comme celui (du journaliste) de CNN Donie O'Sullivan est inquiétante, mais pas surprenante", a réagi dans un communiqué la chaîne américaine.

Suite à cette décision, le ministère allemand des Affaires étrangères a manifesté ce vendredi son inquiétude pour "la liberté de la presse". En France, plusieurs ministres ont également réagi. Le ministre délégué à l'Industrie, Roland Lescure, a annoncé suspendre "toute activité sur Twitter  jusqu'à nouvel ordre". Le ministre des Transports Clément Beaune a quant à lui commenté : "Une certaine idée de la liberté d'expression"

Au niveau de l'Union européen, la vice-présidente de la Commission européenne, Vera Jourova, a jugé "inquiétante" la décision de Twitter et a averti le patron du réseau social, Elon Musk, qu'il y aurait "bientôt" des "sanctions" applicables dans le cadre de la législation européenne.

Depuis son rachat de la plateforme pour 44 milliards de dollars, le milliardaire a envoyé des messages contradictoires sur ce qui y est autorisé ou non sur Twitter. Fervent défenseur d'une certaine vision de la liberté d'expression, il a notamment rétabli des comptes auparavant bannis par le réseau social, dont celui de Donald Trump. Mais il a aussi suspendu celui de Kanye West après la publication de plusieurs messages jugés antisémites et refusé le retour sur la plateforme du complotiste d'extrême-droite, Alex Jones. 


A. Lo. avec AFP

Tout
TF1 Info