Le 13H

VIDÉO - Porte-avions : découvrez à quoi ressemblera le successeur du Charles-de-Gaulle

F.S | Reportage TF1 : Olivier Santicchi, Fabienne Der Stepanian
Publié le 19 avril 2022 à 9h43
JT Perso

Source : TF1 Info

Plus grand et plus puissant, le nouveau porte-avions français devrait sortir des chantiers de Saint-Nazaire en 2038.
Découvrez les premières images 3D du remplaçant du Charles-de-Gaulle.

Il n'a pas encore de nom, mais on connaît déjà sa forme. Si des modifications interviendront probablement avant la fin de sa construction dans une quinzaine d'années, on peut se faire une première idée de l'allure générale du futur porte-avions de la marine française. Découvrez sa première projection dans une infographie en 3D, dans le reportage de TF1 ci-dessus. 

Le futur fleuron de la Marine nationale est encore à l'étude. Officialisé en décembre 2020, le projet de porte-avions de nouvelle génération (PANG) commence à prendre forme. Il fera 305 mètres de long, pour 80 de large, et déplacera 75.000 tonnes à pleine charge, grâce à sa propulsion nucléaire. Il dépasse en tous points le Charles de Gaulle, en service depuis 2001, qui plafonnait à 42.500 tonnes pour une longueur déjà respectable de 260 mètres- mais reste plus modeste que le Gérald Ford de la Navy américaine, et ses quelque 100.000 tonnes.

La France monte en gamme pour pallier les longues indisponibilités de l'unique porte-avions actuel de la marine française. Le Charles-de-Gaulle doit en effet subir à chaque décennie un chantier d'entretien et de réparation de plus d'un an. Mais le nouveau projet s'accorde aussi avec le futur remplaçant du Rafale, connu actuellement sous l'acronyme de SCAF (Système de combat aérien du futur). 

Conçu pour accueillir le successeur du Rafale

Livré en principe après 2040, celui-ci sera beaucoup plus gros et lourd que son prédécesseur. "Si on veut conserver une capacité de trente avions de combat à bord du porte-avions, et qu'ils sont beaucoup plus gros que le Rafale", explique le journaliste spécialisé Vincent Groizeleau, "il faut forcément des installations aéronautiques plus grandes, dimensionnées pour ce futur chasseur"

Lire aussi

La France et les États-Unis sont actuellement les deux seuls pays capables d'exploiter des bâtiments aussi complexes, même si on s'attend à ce que la Chine s'invite prochainement dans ce club fermé. Le porte-avions attendu devrait être en 2038 à la pointe de l'efficacité, pour un coût estimé à 4 milliards et demi d'euros. La décision de le doter d'un bâtiment jumeau devra être prise en 2025.


F.S | Reportage TF1 : Olivier Santicchi, Fabienne Der Stepanian

Tout
TF1 Info