Pour le jour de la Terre, prévu le 22 avril, TikTok a annoncé sa nouvelle politique de lutte contre la désinformation liée au changement climatique.
À partir de ce vendredi, toutes les fausses informations sur ce sujet seront supprimées.
Cela sera aussi le cas de tous les contenus qui nient la réalité du changement climatique.

TikTok muscle sa politique contre la désinformation climatique. Alors que le jour de la Terre est prévu le 22 avril, le réseau social a annoncé que plusieurs mesures pour renforcer la lutte contre la propagation de fausses informations liées au changement climatique vont entrer en vigueur à partir de ce vendredi 21 avril.

"Favoriser des discussions éclairées sur le climat"

Dans un communiqué, l'application chinoise indique qu'à partir de cette date, "les informations erronées sur le changement climatique qui sapent un consensus scientifique bien établi" seront supprimées. Cela sera aussi le cas des "contenus qui nient la réalité du changement climatique ou les facteurs qui y contribuent". 

En substance, il ne devrait par conséquent plus être possible de nier la réalité du changement climatique sur cette application de vidéos, qui s'adresse principalement à un public jeune. L'application assure que pour mener à bien cette politique, une collaboration avec des partenaires indépendants spécialisés dans le fact-checking sera mise en place "afin d'aider à évaluer l'exactitude du contenu".

"Nous pensons que nous avons un rôle important à jouer pour favoriser des discussions éclairées sur le climat sur notre plateforme", justifie le réseau social dans ce communiqué. Par ailleurs, l'application s'engage à valoriser les initiatives qui contribuent à lutter contre la désinformation autour du changement climatique ou qui mettent en avant des informations qui font autorité.

La désinformation est notamment l'un des griefs portés contre le réseau social d'un milliard d'utilisateurs actifs, plusieurs États tentant de limiter son influence. La politique en matière de confidentialité des données menée par l'application chinoise est un autre motif d'inquiétude. Certains élus américains l'accusent ainsi de mettre en danger la sécurité nationale en étant un outil d'espionnage au service de Pékin.


A. Lo.

Tout
TF1 Info