Le 20h

Démarchage téléphonique : comment en venir à bout ?

M.G | Reportage TF1 Thomas Jarrion, Thierry Valtat
Publié le 17 février 2022 à 11h31
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Votre téléphone portable ou votre téléphone fixe sonne, au bout du fil, un démarcheur qui veut vous vendre un réfrigérateur, une assurance-vie ou une carte de crédit.
En principe, la loi interdit ce démarchage intempestif, mais elle n'est pas respectée.
TF1 revient sur les moyens de s'en prémunir.

Derrière chaque numéro inconnu, à chaque sonnerie, le même risque : celui du démarchage commercial. "C'est extrêmement pénible", s'énerve un passant, interrogé par TF1 dans le reportage du 20H en tête de cet article. D'autant que les techniques de vente des interlocuteurs au bout du fil sont de plus en plus élaborées. Récemment, Eric s'est fait avoir. "On me proposait de m'envoyer le contrat par mail. J'ai dit oui et, en fait, en disant oui, j'avais signé le contrat...", expose-t-il avec dépit.

Face aux abus, la loi française a durci les règles, mais seulement au cas par cas. Depuis juillet 2020, le démarchage au téléphone pour la rénovation énergétique est par exemple interdit. De même, en avril prochain, un oui à l'oral ne suffira plus pour signer un contrat avec un assureur. Quant au compte CPF, une loi est en discussion pour interdire les appels concernant vos formations. Ce cadre légal reste pourtant, à l'heure actuelle, insuffisant. 

Des solutions encore insuffisantes

Il n'existe pas de véritable solution contre cette intrusion dans la vie privée, même si certains mécanismes permettent d'en limiter les effets. Un site internet a ainsi été mis en place pour lutter contre le démarchage téléphonique : Bloctel. Il s'agit d'une sorte de liste rouge sur laquelle un utilisateur peut inscrire gratuitement son numéro. "Tout professionnel qui veut faire du démarchage téléphonique n'a pas le droit de démarcher par téléphone une personne inscrite sur Bloctel", confirme auprès de TF1 Olivier Gayraud, juriste au sein de l'association CLCV. Cette plateforme n'est toutefois pas infaillible, certaines personnes continuant de recevoir entre trois et quatre appels quotidiens indésirables. "Vous avez un petit nombre de professionnels qui s'en moquent éperdument et se mettent en dehors de cette réglementation", se désole le professionnel de la consommation. 

En attendant, les Français redoublent d'ingéniosité pour éviter ce genre de désagréments. Adriana bloque un à un les numéros. "Il y en a des centaines", plaisante-t-elle. Mais qu'importe, il y en a toujours de nouveaux qui appellent. La solution se niche peut-être dans l'application mobile conçue par Déborah Caderon et ses équipes. Celle-ci est capable de détecter automatiquement 95% des démarchages. "On peut choisir de bloquer automatiquement ces appels malveillants", souligne la responsable marketing digital d'Orange innovation. L'application est gratuite sur smartphone. Pour le fixe, le service est payant, deux euros par mois. 

Lire aussi

L'application Téléphone de Google permet également d’installer, sur les appareils Android, une option "filtrer automatiquement et refuser les appels automatiques". Dès lors, l'appareil mobile va détecter les appels indésirables et les bloquer si le numéro est enregistré dans la base de données de Google liée aux spams.


M.G | Reportage TF1 Thomas Jarrion, Thierry Valtat

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info