L'IA était la star incontestée du salon Vivatech, consacré aux nouvelles technologies.
Des applications plus ou moins surprenantes retenaient l'attention dans les allées.
Une startup a, par exemple, décidé d'achever des esquisses de Van Gogh.

Au milieu des robots, des casques virtuels et des taxis volants, il y a aussi des tableaux dans les allées du salon Vivatech, comme on l'observe dans le reportage du 20H en tête de cet article. Face à une toile supposée de Van Gogh, une visiteuse reste perplexe. "Je me suis dit, c'est le style de Van Gogh, mais je sais que ce n'est pas une de ses toiles parce que je connais un petit peu le peintre, donc, ça m'a intrigué", explique Agathe au micro de TF1. Bien vu de sa part, car l'artiste de ce tableau n'est autre qu'une intelligence artificielle, aidée d'une imprimante 3D.

Des ébauches achevées par l'IA

L'IA n'est pas partie d'une toile blanche pour créer ces fausses œuvres de Van Gogh. Ce que veulent ces scientifiques férus d'art, c'est faire renaître des tableaux ensevelis. Derrière un Modigliani, par exemple, la radiographie a permis de détecter une débauche recouverte. Il y avait donc une ébauche et la technologie a fait le reste, comme c'est le cas aussi pour le Van Gogh "inédit". Mais au fond, que regardons-nous : des œuvres d'art ou une simple prouesse technique ?

Pour tenter d'y répondre, nous avons sorti de Vivatech l'un des deux "Van Gogh" imaginés par l'IA, pour nous rendre à Auvers-sur-Oise (Val-d'Oise), où Vincent Van Gogh a peint des paysages de manière quasi frénétique à la fin de sa vie. L'artiste, fauché, louait une chambre de bonne sous les combles d'une auberge. C'est in situ que nous découvrons cette autre œuvre générée par l'IA, et réalisée par une imprimante 3D : un autoportrait très réaliste, dont l'artiste avait recouvert l'ébauche, faute de moyens pour acheter des toiles.

La suite du reportage de TF1 dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage : Thomas Jarrion, Jean-Philippe Héquette

Tout
TF1 Info