Un robot livre des colis au nord de Londres.
Un autre réalise des travaux, et un troisième transporte du matériel médical…
Les innovations ne manquent pas en termes de robotique.
Le 13H de TF1 en a sélectionné trois qui vont vous étonner.

Un petit robot vient de prendre ses marques dans une commune au nord de Londres. Sa mission : livrer des colis. Jusqu’à 40 par jour, en toute autonomie. Opérationnel depuis quelques semaines, il fait déjà partie du paysage. "Maintenant, c’est devenu normal. C’est comme voir passer des vélos ou des trottinettes", s'amuse un habitant au micro de TF1. Il trouve son chemin tout seul jusqu’au destinataire. Un code secret à composer par celui-ci, et le coffre s’ouvre. "C’est une manière amusante de recevoir son colis", nous explique un utilisateur, "les enfants l’adorent, ça change de se faire livrer de cette façon". Aucun risque d’accident, selon les créateurs de l'engin. Il a été particulièrement bien élevé, et s’arrête aux passages piétons avant de traverser. 

De Paris à New-York en une heure et demie

Aujourd’hui, ce robot n’a que le trottoir comme terrain de jeu. Un autre, en revanche, a été spécialement conçu pour les terrains hostiles. Il se pilote à distance, à la manière d’un jouet télécommandé, et aucun obstacle ne lui fait peur. "Il passe derrière les équipements, autour des cuves, autour des systèmes d’exploitation qu’on trouve dans des raffineries, dans les centrales nucléaires, dans les salles des machines", expose Titouan Le Marec, président et cofondateur de Nimble One. Ce robot articulé n’est qu’un prototype, mais à l’horizon 2025, il réalisera des travaux là où l’humain ne peut pas accéder. 

Et peut-être qu’il sera transporté à bord du troisième drone que vous pouvez découvrir dans le reportage de TF1 en tête de cet article. D’ici à quelques années, celui-ci pourrait voler jusqu’à plus de 6000 km/h. Le tout alimenté à l’hydrogène, avec des émissions de gaz à effet de serre considérablement réduites. "Nous pouvons transporter du matériel d’aviation lorsqu’un avion a un problème technique par exemple", affirme Martina Löfqvist, responsable du développement commercial de Destinus. Mais aussi du matériel médical, ou des organes en vue d’une greffe. L’entreprise travaille déjà sur un nouveau modèle pour 2030, qui pourrait emmener des passagers de Paris à New-York en seulement une heure et demie, contre près de sept heures pour un vol commercial. 


L.T. | Reportage : Johann Mavier, Xavier Boucher

Tout
TF1 Info