VivaTech 2018, le royaume du pitch : petit mémo pour réussir parfaitement sa présentation

Melinda DAVAN-SOULAS
Publié le 24 mai 2018 à 19h10
VivaTech 2018, le royaume du pitch : petit mémo pour réussir parfaitement sa présentation

Source : ThinkStock

PARFAIT - Lors du salon des innovations Viva Technology (24-26 mai à Paris), les startups présentes ont de multiples occasions de se faire remarquer auprès de grands groupes et d’investisseurs potentiels, à grand renfort de pitches – ses sessions de présentation de projet. Mais il est important d’être au point pour ce grand rendez-vous. Fabrice Clément, conseiller en communication auprès de startups, dresse la liste des choses à faire et ne surtout pas faire lors de son pitch.

Pitch. Un anglicisme devenu de nos jours un mot incontournable dans l’univers des startups et des nouvelles technologies, au grand dam d’une célèbre entreprise créant des brioches du même nom. On ne compte plus les "Pitchez-moi votre projet", concours de pitches et autre pitch à tout-va entendus dès qu’on dénombre plus de 20 startups réunies au même endroit. Et sur le salon Viva Technology qui se tient du jeudi 24 mai au samedi 26 mai, elles ne seront pas loin de 5.000 a tenté de séduire les principaux partenaires (LVMH, TF1, La Poste, Google, Orange, etc.) lors de sessions de pitch, des séances au cours desquelles elles peuvent présenter leur projet.

Pour ces entreprises en devenir ou désireuses d’accélérer leur développement, il y a là l’occasion de trouver des fonds, de prendre conseils ou tout du moins de se faire repérer. Mais pour cela, encore faut-il être capable de présenter son projet, son entreprise, sa vision, le plus clairement possible. Tout l’art de pitcher ou "lancer" (l’une de significations en anglais) son idée. 

Selon le Petit Dictionnaire illustré de l'innovation et de l'entreprenariat, un bon pitch ne devrait pas excéder la durée d’un trajet en ascenseur, répondant ainsi à la thèse de l’"Elevator Pitch" qui consiste à être capable de susciter l’intérêt d’un interlocuteur en lui expliquant son projet le temps de la montée ou de la descente. Entre la théorie et la pratique, il y a parfois un gouffre qui ressemble à un chemin de croix pour certains...

Lire aussi

Le pitch ou l'art du théâtre et de la précision

Combien de temps doit-il durer ? Que doit-on raconter ? Quels sont les faux pas à éviter ? Nous sommes allés demander à Fabrice Clément, dirigeant de l’agence Goweez spécialisée dans le conseil aux startups et entrepreneur lui-même, les clés d’un pitch réussi.

L’essentiel pour un pitch réussi, c’est d’être concis et sûr de soi. Il y a trois choses qui donnent envie à un investisseur de s’intéresser à vous : le projet (un business model viable) ; une proposition de valeur intéressante ; une architecture financière riche, cohérente et bien ficelée pour offrir une perspective. On se dit alors qu’on a face à soi un startuper qui agit "en bon père de famille" et c’est important. Après, il faut aussi qu’il soit entouré d’une bonne équipe, soit fédérateur et capable d’emmener son groupe "vers la victoire". Pour se démarquer, c’est finalement un tout : un bon projet solide et une façon de s’exprimer, d’être.


Melinda DAVAN-SOULAS

Tout
TF1 Info