L'info passée au crible
Verif'

Compte-t-on "42.000 enfants à la rue aujourd'hui en France" ?

par Thomas DESZPOT
Publié le 29 novembre 2022 à 15h35
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

La députée LFI Raquel Garrido estime que légiférer sur les squats n'a rien d'une priorité, alors que les problèmes liés au logement sont nombreux.
Elle avance par exemple qu'aujourd'hui en France, on déplore 42.000 enfants "à la rue".
Ce chiffre issu d'un rapport de l'Unicef France et de la Fédération des acteurs de la solidarité, mais l'élue en a effectué une lecture inexacte.

Depuis lundi 28 novembre, les députés sont invités à examiner une proposition de loi anti-squats déposée par les représentants de la majorité présidentielle. Un texte qui fait grincer des dents à gauche, du côté notamment de la France insoumise. L'élue de Seine-Saint-Denis, Raquel Garrido, a profité d'un passage sur France info ce mardi pour déplorer que le travail parlementaire se focalise sur un tel sujet, alors que les problématiques liées au logement sont légion dans le pays.

Au cours de cet entretien (l'extrait est à retrouver ici), la députée a avancé un chiffre marquant : "il y a 42.000 enfants à la rue, là aujourd'hui en France", a-t-elle lancé. Une estimation provenant d'associations, mais qui se révèle mal interprétée.

Environ 1.600 mineurs à la rue

Pour comprendre à quoi se réfère la représentante LFI, il faut se tourner vers le baromètre "enfants à la rue", réalisé par l'Unicef France en collaboration avec la Fédération des acteurs de la solidarité. Ce document, dévoilé il y a quelques semaines, propose une évaluation du nombre de personnes faisant face à des difficultés majeures d'accès au logement. Des données recensées par le biais des sollicitations réalisées auprès du 115, et qui nous apportent des chiffres relatifs aux mineurs. 

Les 42.000 personnes mentionnées par Raquel Garrido sont bel et bien évoquées dans ce rapport, mais ne désigne en réalité pas les enfants qui dorment à la rue. Il recouvre les enfants qui vivaient, au moment de l'étude (en août 2022) "dans des hébergements d’urgence, des abris de fortune ou dans la rue". S'il s'agit bien sûr de situations critiques et très précaires, il faut noter que l'ensemble des jeunes concernés ne sont pas confrontés à une absence totale de prise en charge et donc contraint de se retrouver à la rue la nuit. 

Lire aussi

Le baromètre propose un gros plan plus spécifique sur les "personnes non hébergées". Sont ainsi évoquées les "DNP", ou "demandes d'hébergement non pourvues", qui concernaient  6.273 personnes au 22 août 2022. Parmi elles, on déplore la présence de 1658 mineurs, généralement accompagnés d'un ou plusieurs parents. "Parmi les 1658 enfants en DNP de moins de 18 ans, 368 ont moins de 3 ans, 341 ont entre 3 ans et moins de 6 ans, 482 ont entre 6 et moins de 11 ans, 305 ont entre 11 ans et moins de 15 ans et 162 ont entre 15 et moins de 18 ans", indiquent Unicef France et la Fédération des acteurs de la solidarité.

Les deux organisations alertent sur une dégradation de la situation spécifique des mineurs. En effet, "si la proportion des

enfants est identique" à celle observée lors de deux précédentes observations", l’effectif global, lui, "augmente : 927 le 01/09/20 et 1 658 le 22/08/22".

En résumé, on constate donc que 42.000 mineurs font face à des situations critiques en matière d'hébergement en France. Tous ne sont toutefois pas à la rue, puisqu'une grande majorité comptent sur les dispositifs d'accueil d'urgence. Les dernières estimations font état d'un peu plus de 1.600 mineurs dormant à la rue dans notre pays. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

Tout
TF1 Info