Le 20h

VIDÉO - Même logement, notes différentes : la fiabilité des diagnostics énergétiques épinglée

Mathilde Joris | Reportage Tiphaine Leproux, Gabrielle Barints et Séverine Fortin
Publié le 22 septembre 2022 à 20h17, mis à jour le 23 septembre 2022 à 12h16
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Des manquements en matière de diagnostic de performance énergétique sont épinglés dans une enquête.
La même maison n’obtiendrait pas la même lettre selon l'organisme qui l'évalue.

Réaliser un diagnostic de performance énergétique est un passage obligé pour vendre son bien immobilier. Il détermine notamment le prix de vente ou de location, l’estimation du montant des factures d’énergie et des travaux, ou encore la qualification du bien en tant que passoire thermique. Pour autant, sa note (de A à G, du vert au rouge) ne serait pas toujours fiable. 

Dans une nouvelle enquête parue jeudi 22 septembre, UFC-Que choisir alerte sur les manquements de certains professionnels. 34 diagnostics, dans sept maisons en France, ont été effectués par des entreprises certifiées par l’État. Résultat : pour un même logement, les classes énergétiques peuvent radicalement changer, allant même de B à E. Ce qui est le cas dans une maison en Seine-et-Marne, révélée dans le sujet et diagnostiquée par cinq personnes différentes. Ce logement en basse consommation, équipé d'un panneau solaire et d'un chauffage économe, a obtenu des notes différentes : trois professionnels lui ont attribué une bonne note (un B), un autre (un C) et le dernier (un E).

"C'est une catastrophe aujourd'hui", alerte Élisabeth Chesnais, experte environnement UFC-Que Choisir, dans la vidéo du 20H de TF1 en tête de cet article. "Dune part, c'est une décote à la vente sur les logements mal classés. D'autre part, les logements classés F et G ont un loyer bloqué et, d'ici peu, ne pourront plus être mis en location"

Un bon diagnostic nécessite d'y passer au moins 1h30

Comment de tels écarts de notes se justifient-ils ? Selon l'enquête, les professionnels ne s'accordent pas sur les définitions. Certains diagnostiqueurs estiment que 49 % de la déperdition de chaleur est due aux murs, quand un concurrent l'évalue plutôt à 19 %. Une donnée cruciale pour estimer le montant des travaux d'isolation. Le temps passé dans le logement (et donc le coût de la prestation) est également mis en cause. En d'autres termes, certains professionnels iraient trop vite et manqueraient de rigueur pour établir leurs notes. 

Déjà en mai 2022, une étude similaire a été réalisée par 60 millions de consommateurs, pointant du doigt "des diagnostics qui sont faits trop vite", dans la vidéo du 20H ci-dessous. Une maison en région bordelaise avait alors été diagnostiquée par six diagnostiqueurs différents. Trois d’entre eux donnent la lettre D, deux classent la maison C et un accorde un B.

Diagnostics énergétiques : comment éviter les piègesSource : JT 20h Semaine
JT Perso

Réaliser un bon diagnostic nécessite en réalité d'y passer au moins 1h30. Il s'agit d'un travail méticuleux, et à moins de 100 euros, l'expertise aura de grandes chances d'être inexacte. D'autant que tous les diagnostiqueurs sont agréés. Il est donc très difficile de différencier les bons professionnels des autres. 

Lire aussi

En juillet 2021, le diagnostic de performance énergétique a fait l’objet d’une importante réforme. Cette dernière permet désormais à l’acheteur ou au locataire de se retourner contre le propriétaire en cas de découverte d’un logement trop bien classé. En cas de contestation, le propriétaire peut, lui, se retourner contre le diagnostiqueur et réclamer des compensations financières.


Mathilde Joris | Reportage Tiphaine Leproux, Gabrielle Barints et Séverine Fortin

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info