Municipales : le palmarès des villes où vous pouvez acheter plus grand qu'en 2014

Laurence VALDÉS
Publié le 2 mars 2020 à 14h30, mis à jour le 2 mars 2020 à 14h38
Municipales : le palmarès des villes où vous pouvez acheter plus grand qu'en 2014

Source : SIPA

PARADOXE - Depuis les élections municipales de 2014, le pouvoir d'achat immobilier s'est amélioré dans de nombreuses communes, grâce à la baisse des taux qui compense largement la hausse des prix. Il y a cependant des exceptions, selon Meilleurs Agents, qui détaille ce lundi les évolutions pour les principales grandes villes.

D'une élection municipale à l'autre, la taille des logements à portée de bourse des ménages a-t-elle vraiment rétréci au fur et à mesure que les prix bondissaient ? La hausse du prix du mètre carré à l'échelle nationale (en moyenne 4,1%, avec de fortes disparités locales) depuis les dernières élections municipales de mars 2014 pourrait en effet laisser croire à un rétrécissement des surfaces auxquelles les acheteurs potentiels peuvent financièrement prétendre. Mais ce serait sans compter sur les niveaux extrêmement bas des taux d'intérêt des crédits actuels (1,13% aujourd'hui contre 3,04% il y a six ans, toutes durées confondues, selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA) ni sur l'évolution des revenus des Français.

Or, en considérant tous ces paramètres, "contrairement à ce que cette pression haussière sur les prix pourrait laisser supposer, le pouvoir d'achat immobilier est loin d'avoir reculé pendant cette période", analyse Meilleurs Agents ce lundi 2 mars 2020. Dans son baromètre mensuel, le spécialiste de l'estimation des prix immobiliers se penche sur les principales grandes villes françaises, dont nous reproduisons le tableau ci-dessous. 

Évolution du pouvoir d'achat immobilier entre les élections municipales de 2014 et de 2020 - Capture / Meilleurs Agents

Le pouvoir d'achat immobilier a ainsi bel et bien augmenté dans des villes comme Aix-en-Provence (+9 m² pour atteindre désormais 49 m²), Lille (+5 m², pour atteindre 53 m²) ou Villeurbanne (+4 m², pour atteindre 52 m²). Et ce malgré le fait que les prix moyens du mètre carré se sont pourtant renchéris en six ans de respectivement 7,5%, 17,9% et 18,7%. 

À noter que dans les localités où le prix du mètre carré a au contraire baissé, le pouvoir d'achat s'est en toute logique envolé : par exemple +51 m² (pour atteindre 147 m²) à Saint-Etienne où le mètre carré a perdu en moyenne environ 10% en six ans, malgré la récente remontée des prix (voir vidéo ci-dessous).

L'immobilier ancien, une bonne affaire à Saint-ÉtienneSource : JT 20h Semaine
JT Perso
Lire aussi

En revanche, dans les communes où les prix ont "littéralement explosé depuis les élections de 2014", le coût du crédit désormais réduit ne suffit pas à compenser totalement l'envolée. Ainsi les acquéreurs de Lyon, où le mètre carré a augmenté de 38,6%, perdent en moyenne 3 m² (pour atteindre désormais 43 m²).  La perte se limite à 1 m² à Rennes (pour atteindre 56 m²)  ou Bordeaux (45 m²), où les prix on augmenté de tout de même respectivement de 32,9% et 37,3%. 

Qui de Paris, où le prix moyen dépasse désormais les 10.500 euros/m², en hausse de 29% depuis les dernières municipales ? Le pouvoir d'achat immobilier n'y a en fait pas bougé : il est toujours de 24 m2.


Laurence VALDÉS

Tout
TF1 Info