Les exemples d'immeubles fragilisés par des fissures se multiplient ces derniers mois.
À Martigues (Bouches-du-Rhône), deux bâtiments sont en train d'être démolis.
Sur place, une équipe de TF1 a rencontré les habitants du quartier, forcément émus.

Cette fois, ça y est : la grue a donné le premier coup de pelle. Le début de la destruction de deux immeubles fissurés à Martigues (Bouches-du-Rhône), ce lundi matin, a bouleversé les habitants du quartier de Notre-Dame-des-Marins. "Ça fait bizarre, j'ai une amie qui habitait dans cet immeuble, témoigne une passante. Ça fait de la peine. Je n'y arrive même pas à y croire encore." "Il y avait beaucoup de locataires qu'on connaissait, maintenant, ils sont tous éparpillés à droite et à gauche, on ne se voit plus", regrette pour sa part une retraitée, au micro du 13H de TF1.

Les escaliers étaient écartés de 20 centimètres du mur, c'était impressionnant
Un riverain

Ce chantier de démolition va durer un mois. Alors, au moment de débuter, il ravive de mauvais souvenirs. En septembre dernier, 150 locataires avaient dû évacuer en pleine nuit. Des fissures s'étaient subitement agrandies, donnant à voir d'importantes tranchées sur les parois et le sol de la résidence. L'immeuble, constitué de HLM bâtis dans les années 70, n'était plus habitable. "Les escaliers étaient écartés de 20 centimètres du mur, c'était impressionnant, relatait alors un ancien locataire. J'ai regardé le vide jusqu'en bas."

Huit mois après, les locataires ont été relogés. Mais les riverains qui vivent dans les bâtiments voisins sont toujours inquiets. Eux aussi constatent des fissures. "Il y a des légers craquements, on entend des bruits, indique l'une d'entre eux. On voit que le sol est penché pour certains locataires." "Il me tarde de trouver un autre logement pour partir d'ici, car cela me fait vraiment peur", ajoute une voisine. Il y a un mois, un autre immeuble a dû être évacué par sécurité. Mais les habitants ont pu regagner leur logement le soir même.

Le bailleur affirme surveiller de très près ces fissures avec des capteurs. "Aujourd'hui, il n'y a plus d'évolution, promet ainsi Alexandra Ellis, directrice du service Patrimoine et Développement de 13 Habitat. Il y a eu de l'injection de béton dans les fondations. Plus rien ne bouge, il n'y a plus de risque de fissures et d'effondrement." En fin d'année, le bailleur va démarrer un nouveau chantier de rénovation des 18 bâtiments du quartier.


T.A. | Reportage TF1 : Pauline Lefrançois et Sylvain Fargeot

Tout
TF1 Info