VIDÉO - Immobilier : ces villes où les prix grimpent à contre-courant

par N.K | Reportage TF1 Thomas Jarrion, Kelvin Jinlack et Bruno Chastagner
Publié le 4 janvier 2024 à 0h01, mis à jour le 4 janvier 2024 à 10h12

Source : JT 20h Semaine

Les prix immobiliers ont baissé dans certaines grandes villes l'année dernière.
Mais d'autres communes connaissent une tendance inverse et voient leurs prix progresser.
Le 20H de TF1 vous explique.

Clément vient d'acheter une maison de 100 mètres carrés pour 200.000 euros, en plein centre-ville du Mans, dans la Sarthe. "On l'a visitée une fois et on a fait une offre dans l'après-midi", confie le nouveau propriétaire. Des prix abordables et surtout bien moins chers que dans les grandes villes voisines, un centre-ville dynamique, la proximité de Paris à une heure de TGV... Voilà pourquoi au Mans, le marché de l'immobilier ne connaît pas la crise. Les prix ont même grimpé en 2023 : ils ont augmenté de 7% en un an. 

"Beaucoup plus de demandes que d'offres"

Les quartiers les plus prisés du Mans sont ceux qui sont proches de la gare. "C'est un secteur qui plaît parce qu'il n'y a pas beaucoup d'immeubles collectifs", explique Valérie Messer, négociatrice immobilière à l'agence "72 Immobilier", dans le reportage du 20H en tête de cet article. Elle ajoute que "les grands jardins" du quartier sont aussi un atout.

La négociatrice immobilière emmène l'équipe de TF1 dans une maison de 120 mètres carrés, en vente depuis peu et proposée à 230.000 euros. Les clients visés sont ceux qui habitent Paris, Tours ou Nantes et qui pensent à quitter leur ville, trop chère, pour enfin pouvoir acheter. "Actuellement, on a beaucoup plus de demandes que d'offres", affirme Valérie Messer. Ainsi, quand il n'y a pas assez de logements disponibles, les prix grimpent.

Les prix augmentent sur le littoral

Ce qui se passe au Mans se passe aussi dans d'autres villes moyennes, comme Bourges et Châteauroux, dont les prix immobiliers ont augmenté de 10% en un an. Selon Delphine Herman, directrice des relations extérieures et des projets transverses pour Guy Hoquet l'Immobilier, ces villes sont devenues désirables grâce aux "initiatives publiques ou locales qui ont revitalisé les centre-villes en améliorant les infrastructures, les offres de service, l'offre culturelle".

Moins surprenant, les prix continuent d'augmenter sur le littoral : à La Seyne-sur-Mer, ils ont progressé de 10%, contre 9% à La Ciotat. La plus forte hausse, on la trouve au Havre, où les prix ont bondi de 15%. Parmi les autres gagnants, que Les Échos ont répertoriés, on compte également Caen (+8,9%), La Rochelle (+6,1%) qui est d'ailleurs très prisée et a été reclassée en zone tendue, ou encore Toulon (+7,9%), Royan (+5,9%) ainsi que Bastia et Ajaccio (+8,2%) en Corse. Dans l'ensemble, ce sont en majorité les villes littorales et celles situées sur la côte normande qui connaissent des prix immobiliers en hausse.

Les principaux responsables sont les jeunes seniors, qui rêvent d'une retraite au bord de l'eau. Pour eux, pas de problème de crédits trop chers ou de taux qui flambent puisqu'ils vendent souvent leur résidence principale pour en acheter une autre.

Contrairement à ces communes qui se renchérissent, certaines grandes villes, qui figurent parmi les 50 plus grandes de France en nombre d'habitants, ont connu une baisse des prix immobiliers en un an. C'est le cas de Paris (-5,3%), Lyon (-5,9%), Nantes (-8%) ou encore Limoges (-7,8%) et Mérignac (-9,9%), précisent Les Echos.


N.K | Reportage TF1 Thomas Jarrion, Kelvin Jinlack et Bruno Chastagner

Tout
TF1 Info