Les éventuels repreneurs du constructeur des Maisons Phénix ont jusqu'à ce vendredi soir pour se faire connaître.
Plus d’un millier de particuliers de ce groupe placé en redressement judiciaire, dont le chantier de la maison a été stoppé, espèrent sortir d’une situation catastrophique.
L’un d’eux témoigne auprès de TF1.

C’était le projet de sa vie. Omar voulait faire construire une maison et il avait tout prévu. Mais le constructeur de son logement, Geoxia et sa marque Maisons Phénix, a été placé en redressement judiciaire. Plus d’un millier de chantiers sont arrêtés partout en France. 

Alors, au lieu d’un pavillon, Omar est le propriétaire d’une fosse désespérément vide. "Vous ne pouvez pas savoir à quel point je suis déçu. Les nuits, je n’en dors pas. Ça me travaille. La première chose que je veux, c’est qu’ils me rendent ce que j’ai payé et que je puisse repartir avec un autre constructeur pour que je puisse avoir cette maison", témoigne Omar. 

Un éventuel repreneur

Depuis janvier, aucun ouvrier n’est venu travailler sur le chantier. Pourtant, ce particulier avait tout réglé : 50.000 euros d’appel de fonds, 60.000 euros pour le terrain et 40 euros par mois pour un compteur d’eau. "On m’a assuré ‘monsieur, ne vous inquiétez pas, vous allez avoir votre maison, les travaux vont bientôt redémarrer, ceci, cela’. Du coup, j’ai attendu, attendu, attendu qu’on redémarre le chantier et voilà la maison que j’ai. Toujours rien. On n’a fait que me mentir", souffle Omar devant le chantier, dans le reportage du 13H de TF1 en tête de cet article. 

Ce vendredi, on connaitra le nom d’un éventuel repreneur pour le groupe Maisons Phénix. Omar, comme beaucoup d’autres, espère que celui-ci sera en mesure de le sortir d’une situation devenue catastrophique. 

Le groupe de constructions de maisons individuelles a indiqué dans un communiqué avoir accumulé les difficultés depuis la crise sanitaire, mais aussi avoir été affaibli par l’inflation. Geoxia n’a pas obtenu de prêt garanti par l’État pendant la crise du Covid. L’entreprise subit aussi l’augmentation des prix des matières premières et de l’énergie. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Marion Fiat

Tout
TF1 Info