VIDÉO - Passoires thermiques : trop de biens retirés du marché ?

par La rédaction de TF1 | Reportage Sébastien Hembert, Guillame Thorel
Publié le 12 septembre 2023 à 15h39

Source : JT 13h Semaine

Il est de plus en plus difficile de trouver une location.
C'est la conséquence d'une nouvelle règle : l'interdiction progressive de louer les logements gourmands en énergie.
Reportage dans à Lille (Nord) et à Caen (Normandie).

Voilà à quoi ressemble une passoire thermique. A Caen (Normandie), cette maison classée ne semble pas poser de problème.  À l'intérieur, du parquet, des moulures...  Tout a l'air correct. Pourtant, Mathias, le propriétaire, ne peut plus la louer, il n'en plus le droit car la maison consomme trop d'énergie et n'est pas assez bien isolée. 

"Je suis sur chaudière à condensation, un peu ancienne, il faudrait que je passe sur une pompe à chaleur. Il faudrait aussi que j'isole par l'intérieur car la maison est classée monument de France. On préconise de changer une partie des radiateurs, mettre des robinets thermostatique",  explique-t-il dans la vidéo du 13H de TF1, en tête de cet article. Le coût total de ces travaux 25.000 euros. La maison est classée G. Pour la relouer, il faudrait qu'elle soit classée D. Mais Mathias n'a pas les moyens, il a décidé de l'habiter. 

Des ventes compliquées ?

"Je pensais acheter une autre maison avec un jardin et le projet est tombé à l'eau", regrette-t-il.  Désormais, la loi oblige les propriétaires de biens classés E, F ou G à bloquer les loyers dans un premier temps, puis ne plus pouvoir louer faute de travaux. Olivier Randriana possède des appartements dans la banlieue de Lille (Nord) et ils étaient classés F. Alors, il a décidé de changer le système de chauffage. Donc, le logement est désormais en catégorie C. À l'intérieur, les radiateurs électriques ont disparu, les pièces sont moins énergivores. 

À la Maison de l'Habitat Durable, on reçoit les propriétaires, car il existe une aide financière pour rénover les logements. Mais la loi beaucoup plus restrictive pourrait avoir des effets pervers, car des propriétaires envisagent de vendre les logements plutôt que de faire les travaux. Mais la vente peut être bien plus compliquée qu'avant. Dans le parc locatif privé, les logements classés G représentent 8% du marché, en F, c'est 12%. Ces mesures ont aussi une autre vertu, réduire la consommation énergétique des bâtiments, c'est mieux pour la planète.


La rédaction de TF1 | Reportage Sébastien Hembert, Guillame Thorel

Tout
TF1 Info