"Ça vaut le prix" : ils louent à 14 une maison de 600 m² aux portes de Paris

par La rédaction de TF1info | Reportage vidéo Fabien Chadeau, Thierry Valtat
Publié le 20 février 2024 à 12h01, mis à jour le 20 février 2024 à 13h05

Source : JT 20h Semaine

La tendance du "coliving" se développe en France : le nombre d'offres a été multiplié par dix ces quatre dernières années.
Le 20H de TF1 a visité une maison où 14 personnes cohabitent ainsi.

C'est une belle maison de maître, aux portes de Paris, avec un vaste jardin, que l'on découvre dans le reportage du 20H de TF1 ci-dessus. Quatorze colocataires y vivent ensemble depuis sept mois. Ils ont entre 30 et 40 ans, travaillent tous, et ne se connaissaient pas avant d'emménager. Aujourd'hui, ils partagent le quotidien. La cuisine est commune, et trois frigos sont nécessaires pour stocker les aliments de chacun. Dans les 600 m² que compte la demeure, un salon a également été créé pour la lecture, et tout a été réhabilité en conservant le style d'époque. Au total, quatorze chambres indépendantes ont été créées, qui disposent chacune de sanitaires indépendants.

Le "coliving", différent de la colocation

Pour 1250 euros par mois pour 18 mètres carrés, cela peut sembler cher, mais en région parisienne, c'est plutôt une bonne opération, a fortiori dans un tel cadre. "Vous comptez l'électricité, internet, Netflix... À mon sens, au niveau des prestations qu'on a, ça vaut largement le prix", estime une habitante des lieux, Élodie.  Car dans ce tarif, toutes les charges sont incluses, même le ménage, qui est fait deux fois par semaine. Fini le tableau des corvées à partager entre "colocs", avec les inévitables tensions qu'il générait.

Ce service additionnel est la première différence notable du "coliving" avec la traditionnelle colocation : il ne s'agit pas d'un loyer commun partagé à plusieurs. Chacun paye indépendamment au propriétaire, qui d'ailleurs n'exige pas de gagner trois fois le montant du loyer, contrairement à un bail classique. Avec cette méthode, le bailleur prend moins de risques qu'en louant l'ensemble à un même foyer, et est plus enclin à accepter les dossiers sans CDI.

Une offre multipliée par 10 en 4 ans

Avec la baisse du nombre de locations dans la plupart des grandes villes, et leur prix souvent exorbitant pour une personne seule, les candidats au coliving sont très nombreux. En 2020, seulement 2.600 chambres de ce type étaient disponibles. L’an prochain, il y en aura dix fois plus. Étudiants, jeunes actifs, ou même seniors, la formule séduit dans toutes les catégories de population. C’est un marché qui est encore confidentiel, mais juteux. De plus en plus d’investisseurs s’y intéressent, et rénovent d'anciennes grandes maisons de centre-ville dans cet objectif. 

À Nantes, Maxime, que suit également notre reportage, s'est spécialisé dans le rachat de ce type de biens pour le compte d'une société, dont il organise le changement de destination avec un architecte. Si l'investissement de départ est conséquent, sa rentabilité est quasiment assurée. Dans le cas de la maison de 280 m² que Maxime nous montre, rénovée pour accueillir 12 colocataires, l'investisseur empochera près de 10.000 euros par mois. C'est beaucoup plus qu'avec un seul foyer, et le risque de défaut de paiement du loyer est divisé, lui aussi. 


La rédaction de TF1info | Reportage vidéo Fabien Chadeau, Thierry Valtat

Tout
TF1 Info