Crédit immobilier : les régions où l'apport personnel baisse le plus

par Marie TERANNE | Reportage Léa Deschateaux et Sébastien Guerche
Publié le 21 février 2024 à 11h56

Source : JT 20h Semaine

L'apport personnel nécessaire pour acheter un bien immobilier diminue nettement en France.
Son montant moyen a reculé de près de 10.000 euros en février par rapport à décembre 2023, selon une étude du courtier Finance Conseil.
La baisse est particulièrement forte dans certaines régions.

L'apport personnel recule drastiquement en France. Il retombe  en moyenne à 54.798 euros par crédit en février 2024, contre 64.942 euros en décembre 2023, soit près de 10.000 euros de moin, selon une étude du courtier Finance Conseil publiée mardi. Une bonne nouvelle se répercutant également sur l'apport des primo-accédants, avec un apport moyen nécessaire de 38.982 euros en février 2024, contre 46.156 euros en décembre 2023. 

Des baisses plus ou moins marquées selon les régions

La moitié sud de la Nouvelle-Aquitaine, qui comprend notamment la ville de Bordeaux, est le secteur géographique où l'apport recule le plus. Il passe de 73.927 euros à 40.587 euros, soit une baisse de 45% en seulement deux mois. 

On constate par ailleurs un recul conséquent d'environ 30% en Occitanie (70.386 euros en décembre 2023 contre 47.042 euros en 2024), en Loire-Atlantique et Vendée (73.799 contre 51.731) et en Bretagne (88.651 contre 63.220). L'apport moyen en Ile-de-France reste le plus élevé, mais baisse également très fortement, passant de 230.325 à 150.778 euros en l'espace de deux mois. 

TF1

Les régions Grand-Est et Bourgogne Franche-Comté sont par ailleurs les secteurs où l'apport moyen pour les primo-accédants est le plus faible. Il passe de 30.472 euros en décembre 2023 à 13.745 euros actuellement. C'est moitié moins en seulement deux mois. 

Une bonne nouvelle d'autant qu'en même temps, les taux d'intérêts immobiliers sont eux aussi en baisse. Pour un emprunt sur vingt ans, ils sont passés de 4,30% en moyenne en octobre à 3,95% en janvier, et sont à 3,69% actuellement. "À partir du 15 janvier, on a commencé à avoir le téléphone qui sonne, des visites déclenchées, des offres qui se présentent", se réjouit l'agent immobilier Thomas Badau dans le reportage de TF1 à retrouver en tête de cet article. 

Les banques, elles, sont devenues plus flexibles. "Elles empruntent à des taux moins élevés, donc elles peuvent prêter à des taux moins élevés tout en gardant une marge. Aujourd'hui c'est gagnant-gagnant. Elles empruntent moins cher et elles prêtent moins cher", analyse Maël Bernier, directrice de la communication chez Meilleurtaux. 


Marie TERANNE | Reportage Léa Deschateaux et Sébastien Guerche

Tout
TF1 Info