VIDÉO - "Une horreur" : ce quartier de Nice n'a pas poussé comme prévu

par La rédaction de TF1 | Reportage Anouchka Flieller, Didier Laborde
Publié le 16 mai 2023 à 15h42

Source : JT 13h Semaine

Avec ses façades végétalisées, cette nouvelle résidence de Nice avait de quoi faire rêver sur le papier.
Mais le résultat déçoit largement ses habitants, même si les constructeurs les appellent à être patients.
Une équipe de TF1 s'est rendue sur place.

Un oasis de fraîcheur, des bâtiments recouverts d'une végétation dense : c'est ce que promettrait la plaquette publicitaire. Aujourd'hui, les immeubles de ce quartier de Nice ne sont pas très esthétiques. En tout cas, le moins que l'on puisse dire, c'est que les passants ne semblent pas conquis. "Pour moi, c'est une horreur, parce que le bois vieillit mal, tout vieillit mal", lâche une femme. "C'est vrai que ce n'est pas très esthétique", abonde une autre. Une troisième se montre plus nuancée : "Je m'habitue à voir ça, maintenant, je ne les trouve pas vraiment moches".

Le parc et les bâtiments ont été construits sur l'ancien stade de Nice. Sous les tuteurs en châtaignier où poussent les plantes grimpantes, les murs sont en béton brut. "Ça manque de couleurs, c'est gris", tranche un autre Niçois interrogé par TF1 dans le reportage ci-dessus. "On a l'impression que ce n'est pas fini. C'est fini, mais bon, ce n'est pas très beau", dit encore une passante.

A l'intérieur de la copropriété, la nature plus installée

Les immeubles ont été terminés il y a deux ans. Où sont passés les murs végétaux ? Pour qu'ils soient fidèles à la promesse, selon les concepteurs du projet, il faut juste patienter encore quelques années. "Il faut à peu près cinq ans pour que les façades du bâtiment soient entièrement végétalisées. On a planté petit à la plantation de manière justement à ce qu'ils s'implantent correctement et durablement", explique Jean-Frédéric Gay, architecte paysagiste.

À l'intérieur de la copropriété, la nature semble en effet déjà plus installée. "En ce moment, moi, je trouve ça magnifique. Les façades, les parterres qui ont vachement poussé en deux ans, on entend les oiseaux chanter", fait valoir un habitant. Sur les toits, deux potagers donnent des légumes et des fruits aux habitants du quartier, l'irrigation des végétaux se fait en grande partie par récupération des eaux de pluie.  "C'est très urbanisé comme quartier donc quand on arrive ici, on s'oxygène", se réjouit, gants de jardinage en main, Sandrine Maestroni, de l'association de quartier Grainn. Pas de doute, les avis divergent sur ce quartier.


La rédaction de TF1 | Reportage Anouchka Flieller, Didier Laborde

Tout
TF1 Info