"Toutes les minutes, des mails et des appels" : les agences immobilières débordées par les demandes de location

par La rédaction de TF1info | Reportage vidéo Fabien Chadeau, William Wuillemin et Stacy Petit
Publié le 11 janvier 2024 à 17h21

Source : JT 20h Semaine

Dès qu'elles publient une annonce de location, les agences immobilières croulent sous les candidatures.
Une situation difficile à gérer qui oblige certains établissements à ne plus publier leurs annonces en ligne.
Regardez ce reportage de TF1.

Trouver un appartement à louer peut désormais prendre des semaines, voire des mois, en raison de la crise qui frappe le secteur immobilier. Résultat, les agences se retrouvent avec des centaines de candidats pour chaque bien mis sur le marché. "On a six visites sur cette maison aujourd'hui, donc elle va partir", assure un agent immobilier toulousain dans le reportage de TF1 ci-dessus. 

Même constat dans une agence immobilière parisienne. Seulement quelques minutes après la publication d'une annonce en ligne, les candidatures affluent. "Toutes les minutes, on a des mails, on a des appels et ça ne s'arrête pas", explique Marie Adam, responsable de location d'une agence Laforêt dans le 17ᵉ arrondissement de Paris. 

En l'espace d'une heure, l'agence a reçu plus de 150 candidatures et autant d'appels téléphoniques. Un afflux difficile à gérer pour l'établissement, qui a loué l'appartement en seulement quelques minutes. "C'est totalement improductif de répondre au téléphone pendant une heure pour rien, déplore Thomas Bertin, gérant de l'agence. parce que l'appartement, il est déjà loué, il a été loué au troisième appel, les 97 appels qui suivent ne servent à rien"

Une "situation de blocage" sur le marché du crédit

Pour limiter ces appels inutiles, certaines agences laissent leurs annonces seulement quelques minutes en ligne avant de les supprimer. D'autres décident carrément de ne plus les publier et de les proposer directement à leurs clients les plus fidèles. 

Initialement parisien, ce phénomène est de plus en plus fréquent dans toutes les grandes agglomérations. En cause, l'inflation et l'augmentation des taux d'intérêt, qui étaient de l'ordre de 4,22% en novembre dernier, selon L'Observatoire du Crédit logement CSA. "Dès le moment où on se retrouve avec une situation de blocage sur le marché du crédit, les gens ne bougent plus. Ils ne peuvent pas devenir propriétaires, donc ils restent locataires", abonde Brice Cardi, porte-parole du réseau d'agences immobilières L'adresse. 

À cela s'ajoute la baisse de près de 28% du nombre de logements en construction entre septembre 2022 et août 2023 par rapport à l'année précédente. Conséquence, il y a moins de biens disponibles à la location sur le marché. 


La rédaction de TF1info | Reportage vidéo Fabien Chadeau, William Wuillemin et Stacy Petit

Tout
TF1 Info