Jungle des diagnostics de performance énergétique : une propriétaire raconte sa très mauvaise surprise

par V. F | Reportage TF1 : Irvin Blonz, Guillaume Gruber et Grégory Martin
Publié le 31 janvier 2024 à 16h59

Source : JT 13h Semaine

Le gouvernement promet de revoir les diagnostics de performance énergétique (DPE).
Notamment parce qu'il existe de nombreuses erreurs : sept sur dix seraient faux ou mal évalués.
Le JT de TF1 a rencontré une victime d'arnaque.

Sur Internet, les professionnels du DPE ne manquent pas. À Dijon (Côte-d'Or), par exemple, on peut en trouver plus d'une dizaine, à tous les prix. Certains promettent même des réductions. Mais attention à ne pas se faire avoir ! C'est pourtant ce qui est arrivé à Samira Blois début décembre. "Nous avons été contactés par un diagnostiqueur immobilier qui nous a dit qu'il fallait justement faire un diagnostic immobilier avant de pouvoir vendre notre bien", explique-t-elle dans le reportage de TF1 en tête de cet article. 

"Des petites anomalies"

Après 30 minutes d'intervention, il demande 300 euros, deux fois plus cher que le tarif moyen. "Mon conjoint a voulu lui faire un chèque. Celui-ci a refusé en prétextant qu'il y avait beaucoup de problèmes avec les chèques. C'était de la paperasse", poursuit la jeune femme.

Le couple le paye donc en espèces. Samira reçoit le DPE une semaine plus tard. Et là, problème : "On voit déjà des petites anomalies. D'après lui, j'ai un plancher chauffant, ce qui est complètement faux. Je n'ai pas de plancher chauffant, nous avons des radiateurs", précise-t-elle.

Face aux nombreuses incohérences, Samira fait donc appel à un autre diagnostiqueur. Mauvaise nouvelle : le logement passe alors de C à F, soit la note d'une passoire thermique. La jeune femme n'a jamais réussi à joindre le faussaire et n'a pas été remboursée. 

Selon une étude réalisée en 2023 par Hellowatt, 71% des DPE sont faux ou mal évalués. Et ça, c'est un problème pour les agences immobilières. Prenons l'agence Era à Dijon qui réalise 200 ventes par an. Elle a testé une dizaine de diagnostiqueurs et n'en a retenu que trois. "C'est notre valeur ajoutée. C'est nous qui conseillons bien souvent le diagnostiqueur au vendeur, et donc si on a quelqu'un avec qui ça se passe mal, le vendeur va se retourner vers celui qui l'a envoyé, c'est-à-dire nous", reconnait Nicolas Fiquet. Reste à savoir ce que le gouvernement a prévu de faire pour remédier à ces arnaques. 


V. F | Reportage TF1 : Irvin Blonz, Guillaume Gruber et Grégory Martin

Tout
TF1 Info