VIDÉO - Annecy : la prolifération "catastrophique" des locations de meublés de tourisme agace habitants et élus

par T.A. | Reportage TF1 : Charlotte GERBELOT et Frédéric MARCHAND
Publié le 28 novembre 2023 à 8h30

Source : TF1 Info

À Annecy (Haute-Savoie), le nombre de locations de meublés de tourisme du type Airbnb, a augmenté de 300% en cinq ans.
Conséquence : de nombreux habitants ne parviennent plus à trouver de logements à louer à l'année.
Sur place, les propriétaires s'opposent à la volonté de restrictions des élus de la région.

À Annecy, les habitants ne reconnaissent plus les rues de leur ville. Christine Cottet a vu son quartier se métamorphoser en quelques années. "Ici, vous pouvez voir qu'il y a un AirBnB, un peu plus haut sur le balcon, il y a un casier pour une autre location...", montre cette militante associative, dans le sujet du 20H de TF1 à retrouver en tête de cet article. Pour elle, il est temps d'agir, à défaut de voir encore augmenter le nombre de locations meublées dans la métropole.

"Si on ne met pas de restrictions, à Annecy, ce sera fini, lâche Christine Cottet. La vieille ville n'existera plus, car elle ne sera plus qu'un endroit pour les touristes. La situation est déjà catastrophique. Il n'y a presque plus de commerces de proximité : il ne reste que deux boulangeries et une boucherie. Il n'y a plus de vie de quartier." À Annecy, le nombre de locations de meublés de tourisme a explosé en cinq ans, avec une augmentation de 300% de ce type de logement.

Un possible durcissement des règles pour les propriétaires

Ce n'est pas la seule ville concernée en France. Dans de nombreuses communes, les habitants ne trouvent plus de logements à louer à l'année à cause des locations saisonnières de type AirBnB. Pour réguler le phénomène, une proposition de loi sera examinée mardi 28 novembre à l'Assemblée nationale. Parmi les mesures envisagées, la réduction de l'abattement fiscal, aujourd'hui établi à 71% pour les locations meublées de tourisme classées, à seulement 40%. 

Pour les propriétaires, ce possible durcissement des règles n'est pas une bonne nouvelle. "Ça fait repenser l'investissement de manière générale, estime ainsi Lionel Hunziker, propriétaire de trois appartements dans la ville et président du syndicat des conciergeries de Haute-Savoie. Est-ce qu'il faut continuer d'investir en France ?  On a la chance d'avoir d'autres pays très proches comme l'Italie ou la Suisse. Si demain, la réduction de l'abattement fiscal se matérialisait, ça changerait de près de 30% les revenus qu'on a sur les appartements."

Recours contre des restrictions voulues par les élus

L'agglomération d'Annecy a déjà tenté d'encadrer ces locations, l'été dernier, en instaurant des quotas. En vain : la réglementation a été suspendue à peine un mois plus tard, après un recours des propriétaires et des conciergeries. "On demande aux multi-propriétaires de nous aider à reloger la population là où il y en a besoin", réclame François Astorg, maire (DVG) de la ville savoyarde. Car aujourd'hui, "c'est très compliqué de venir s'installer à Annecy lorsqu'on est jeune ou quand on est en famille", faute d'offre de logement suffisante, juge l'édile.

Selon les élus de la ville, la situation devient urgente. Ils espèrent trouver un accord avec les syndicats de conciergerie d'ici au début de l'année 2024.


T.A. | Reportage TF1 : Charlotte GERBELOT et Frédéric MARCHAND

Tout
TF1 Info