VIDÉO - Haute-Savoie : nouveau rebondissement dans l'incroyable affaire des appartements squattés

par T.A. | Reportage TF1 Marine CHAIZE et Frédéric MARCHAND
Publié le 31 octobre 2023 à 21h56

Source : JT 20h Semaine

À Annemasse, plusieurs propriétaires ont accusé d'autres occupants de leur immeuble d'avoir mis en place un système de location illégale pour faire main basse sur leurs appartements.
On croyait que tous les logements allaient pouvoir être récupérés, mais la justice vient de rejeter l'une des demandes d'expulsion.
Sur place, les habitants confient à notre équipe ne plus en pouvoir.

Dépitée, Virginie Combépine fait le tour de son appartement d'Annemasse, en Haute-Savoie. Depuis un an et demi, des squatteurs habitent juste au-dessus de chez elle et provoquent de nombreux dégâts des eaux. Sur les murs, dans les placards, près des fenêtres, des tâches sont désormais visibles. "Vous voyez, il y a de la moisissure à peu près partout, montre-t-elle dans le reportage du 20H de TF1 ci-dessus. Mon appartement est ruiné." Sur le plafond, la peinture, gonflée par l'humidité, finit parfois par se déchirer entièrement. 

Elle vient d'apprendre la nouvelle : les occupants de l'appartement squatté vont pouvoir rester dans l'immeuble. Virginie ne sait plus comment résoudre le conflit. "Quand on va chez eux, ils nous frappent, déplore-t-elle. Ils ont roué de coups ma sœur, donc ce n'est pas possible qu'on se présente devant chez eux." Il y a quelques semaines, une équipe de TF1 s'était déjà rendue dans cette résidence de la ville savoyarde, où trois appartements étaient squattés. Entretemps, la préfecture a ordonné leur expulsion. Deux des logements ont bien été libérés, mais dans le troisième, les squatteurs ont déposé un recours auprès du tribunal.

La justice rejette l'expulsion des squatteurs

Celui-ci a suspendu l'arrêté. "Le préfet de la Haute-Savoie n'a pas pris en considération la situation matérielle et familiale des intéressés, notamment de l'enfant mineur" de sept ans présent dans l'appartement, a ainsi estimé le tribunal administratif de Grenoble dans sa décision. Les occupants continuent donc de vivre illégalement dans ce logement. Selon leur avocate, à cet âge, un enfant ne peut pas être expulsé en quelques jours. 

Un coup de théâtre difficile à avaler pour la propriétaire, qui espérait enfin récupérer son logement. "Quand j'ai appris cette décision, j'ai été choquée et atterrée, témoigne-t-elle. Malgré tout, je ne lâche pas l'affaire. J'ai bien l'intention que cela se règle au plus tôt et au plus vite. Je ne sais pas si je dois encore faire confiance à la justice." Dans l'immeuble, de nombreux habitants craignent des conflits avec ces habitants. 

Dans cette affaire, certains occupants de l'immeuble sont accusés d'avoir mis en place un système très sophistiqué de location illégale. Ils se seraient approprié des appartements déjà occupés pour les louer ensuite. Avec l’appui d’un faux syndic, et même d'un faux gardien, expliquaient fin septembre certains propriétaires devant notre caméra. Depuis, deux personnes ont été mises en examen pour "escroquerie".

"Une partie des gens ne sont pas rassurés, ils sont inquiets, note Florian de Larue, le président du syndic de copropriété de la résidence. Mais une autre partie est révoltée et réfléchit à se faire justice elle-même, donc il faut vite que la justice intervienne." De son côté, la préfecture envisage de faire appel de la décision du tribunal administratif pour tenter d'expulser les squatteurs. 


T.A. | Reportage TF1 Marine CHAIZE et Frédéric MARCHAND

Tout
TF1 Info