Le 13H

Crèches, EHPAD : comment un simple casque peut transformer le quotidien

Publié le 7 décembre 2022 à 16h45
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

La réalité virtuelle n'existe pas qu'à destination des jeux vidéo.
Dans les Ehpad et les crèches, elle devient un outil de grande valeur pour la prise en charge des personnes âgées et des enfants.
Il suffit de quelques minutes pour en comprendre tous les bienfaits.

Quel point commun entre cette résidente d’Ehpad et ces enfants à la vitalité débordante ? Grâce à la réalité virtuelle, tous ont un quotidien plus doux. Depuis quelques mois, cette petite salle est devenue l’attraction d’un Ehpad niçois. On peut notamment y nager avec les dauphins.

Des effets sur l'anxiété

Ces séances sont suivies par une vingtaine de résidents, sur la centaine que compte l’Ehpad. Car porter un casque de réalité virtuelle, demande une capacité de concentration. "Au niveau de l'anxiété pour les résidents, ça les apaise. Puis, ça leur permet de penser à autres choses, de s'évader", rapporte Julien Gastaud, animateur à l'Ehpad des anciens combattants à Nice (Alpes-Maritimes).

Pour eux, c’est un succès. Ils s'ouvrent aux autres, se racontent leurs promenades sous les aurores boréales ou la visite du théâtre antique d’Orange. Et les destinations sont multiples, ils peuvent même, juste en renseignant l'adresse, retourner devant leur ancienne maison. Cinq mois après les débuts, les soignants ont pu réduire les doses de médicaments de certains patients, ceux contre l'anxiété notamment.

En crèche, pour mieux comprendre la vision des enfants

Ici aussi, les petits résidents peuvent profiter de la réalité virtuelle, même si ce n'est pas eux qui portent le casque. Franck forme la nouvelle directrice à un tout nouveau programme. Il y a une particularité, comme l'explique une voix dans le logiciel : tout est à échelle de l'enfant. Table à hauteur de tête, casier géant, et sans enfiler le casque, difficile de ressentir l'impression de gigantisme. "Voir l'adulte passer à côté, moi c'est ce qui m'a le plus impressionnée. C'est quelque chose sur lequel je vais obligatoirement travailler avec mes équipes", explique la directrice. En leur demandant par exemple de s'asseoir, pour être systématiquement à hauteur des enfants. Franck évoque aussi d'autres progrès possibles : "l'aménagement des meubles, se dire de mettre moins de meubles impressionnantes, des choses plus accessibles."


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info