Incendies : comment le bois brûlé va pouvoir être récupéré

TF1 | Reportage Grégoire Guist'Hau, Christophe Brousseau
Publié le 26 août 2022 à 15h27, mis à jour le 26 août 2022 à 15h39

Source : JT 20h Semaine

Des incendies d'une ampleur exceptionnelle ont frappé plusieurs régions cet été.
Que faire maintenant des centaines de milliers d'arbres brûlés ?
Une équipe de TF1 est allée à Belin-Béliet (Gironde), à la rencontre de professionnels qui détiennent des solutions.

L'incendie s'est largement propagé dans la plantation de Jacques Hazera, sylviculteur à Belin-Béliet en Gironde. Le feu est passé sur 191 hectares, sur une totalité de 213 hectares. Heureusement, il n'a pas tout détruit sur son passage. "Par endroits, il est passé en surface en faisant peu de dégâts et à d'autres endroits, il s'est installé en profondeur en brûlant sur 20 ou 30 centimètres, voire plus", rapporte-t-il dans la vidéo en tête d'article. 

Par conséquent, cet exploitant forestier va pouvoir sauver une grande partie de son bois. "Je n'ai pas le temps de pleurer, ce serait du temps perdu, poursuit-il. Il faut vite réagir et trouver des acheteurs". Mais c'est une course contre-la-montre, car une fois brûlé, le bois risque de pourrir sur pied.

En fonction de la qualité de ce bois, on est capable d'en faire soit du parquet, du lambris ou des moulures.
Nicolas Philipperie, directeur général adjoint à la scierie "Sogy Bois" en Gironde.

Le sylviculteur a alors pris rendez-vous, dès la matinée de ce jeudi 25 août, avec un négociant. À cause d'une pénurie mondiale, le prix du bois des Landes a doublé ces dernières années. L'objectif aujourd'hui est d'obtenir le meilleur tarif pour cette matière première, qui est immédiatement disponible. 

"On ne va pas pouvoir conserver un prix de bois vert comme en juin, il y a forcément une dépréciation mais je pense que l'industrie et les scieries en général sont dans l'optique de valorisation de ces produits-là", indique Romain Duprat, négociant en bois, à Salles en Gironde. Car tout est récupérable dans le bois brûlé.

Justement, dans cette scierie à Ygos, dans les Landes, rien ne se perd. "En fonction de la qualité de ce bois, on est capable d'en faire soit du parquet, du lambris  ou des moulures", énumère Nicolas Philipperie, directeur général adjoint à la scierie, Sogy Bois, à Ygos en Gironde.

C'est ici que tous les bois de forêt, incendiés l'été dernier, ont été traités. Y compris les parties les plus abîmées, comme l'écorce ou les branches brûlées. "Elles peuvent être utilisées dans l'emballage, dans la papeterie, et cela peut servir aussi de bois énergie pour faire fonctionner des chaudières ou même fabriquer de l'électricité", rassure le professionnel.

Dès que l'incendie de Landiras II sera déclaré complètement éteint, la préfecture pourra donner son feu vert. Le grand abattage pourra alors commencer.


TF1 | Reportage Grégoire Guist'Hau, Christophe Brousseau

Tout
TF1 Info