Karine, Alan et leurs trois enfants se sont fixés un budget maximum de 600 euros pour 15 jours de vacances.
Pour faire des économies, ils partent à vélo et font appel à la générosité des gens, utilisant un réseau social de cyclotouristes pour loger chez l’habitant.
Une équipe de l'émission de TF1 "Reportages découverte" a suivi la famille pendant plusieurs semaines.

Quinze jours de vacances à cinq... pour seulement 600 euros. "Cette année, on va faire le tour de Bourgogne, et on va visiter une région qu'on ne connait pas à vélo", se réjouit Karine, en sortant impatiemment une carte. Avec son mari Alan et ses trois enfants, la mère de famille s'apprête à parcourir "entre 650 et 700 km au minimum", comme ils l'expliquent dans la vidéo à regarder en tête de cet article, replay du Reportage découvertes "Astuces et combines pour des vacances pas chères" diffusé ce dimanche sur TF1.

La famille savoure son premier jour de vacances. "On ne pense pas au boulot déjà, donc ça, c'est une bonne chose", affirme Alan en pédalant. Il avance, tractant une remorque vélo enfant. Les cyclistes s'arrêtent pour leur pause déjeuner, un poste de dépenses à maîtriser rigoureusement pour tenir un budget serré à cinq. "Il y aura au moins un pique-nique par jour le midi, et le soir, on mange au camping. On fait souvent un plat chaud de pâtes", indique Karine. 

Être à vélo, c'est aussi affronter les éléments
Karine

Mais à peine repartis, les vacanciers se retrouvent sous la pluie. "Être à vélo, c'est aussi affronter les éléments", s'amuse la mère de famille, couverte d'un simple K-way pour se protéger. Après une heure passée sous la pluie, la famille arrive au camping où elle a réservé un emplacement. "Oh maman, t'as crevé !", s'exclame l'une des fillettes, l'air paniqué, pointant du doigt le pneu du vélo de Karine. "Il faut changer la chambre à air, mais Alan a oublié la clé", confie la maman, tout de même avec un large sourire.

"Ça sera peut-être le premier et le dernier jour de vacances", plaisante-t-elle, tandis que sa fille gonfle progressivement son matelas juste à côté. Alors qu'il semblait comme neuf, ce même pneu crève quelques jours plus tard. "Bon Alan, peut-être que tu vas finir par te rendre compte que nous ne sommes plus derrière vous", lance Karine sur le répondeur de son mari, qui a pris de l'avance sur le groupe. Le pneu est finalement réparé par un autre cycliste de passage. 

C'est vraiment un réseau d'entraide entre cyclistes
Karine

Grâce aux réseaux sociaux, la famille loge chez l'habitant pour la quatrième fois de la semaine. "Hier soir, on était chez un couple de retraités qui faisait pas mal de vélo. Ça permet de faire des économies parce qu'il n'y a pas de camping à payer. Souvent, on partage un repas, le dîner, voire le petit-déjeuner. C'est vraiment un réseau d'entraide entre cyclistes", détaille la mère de famille. 

"Alors voici la chambre où vous pouvez dormir. Il y a un lit double et vous pouvez mettre des matelas", lance leur hôte pour la nuit. "Super, on va pouvoir profiter d'une vraie nuit avec un bon lit", se réjouit Karine en entrant dans la pièce. Si ces vacances sont économiques, les organismes commencent à fatiguer au bout d'une semaine.

"J'ai un peu mal à mon genou depuis 2-3 jours. Je pense que c'est dû au poids avec Sarah, je ne suis peut-être pas habituée à porter autant de charge", analyse Karine, dont le vélo tracte celui de sa fille depuis plusieurs jours. À ce stade, la famille doit encore parcourir 250 km pour réussir le défi qu'elle s'est fixé. 


M.T | Reportage Guilhen Schwegler

Tout
TF1 Info