Le 13H

Troyes : pour être à l'abri des coupures, cette entreprise a choisi de travailler la nuit

TF1 | Reportage Olivier Santicchi, Sofiane Cherifi
Publié le 2 décembre 2022 à 16h06
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Les risques de coupure d'électricité sont élevés cet hiver.
Cette situation pousse des entreprises à réorganiser leur production.
En travaillant la nuit, elles s'assurent d'être épargnées par les délestages.

Dans une usine de fabrication de roues, près de Troyes, fini le travail de 5 heures à 21 heures. Les 2×8 se font désormais à partir de 13 heures pour éviter la tranche du matin, la plus tendue pour RTE, le gestionnaire du transport de l'électricité en France. À l'extérieur du bâtiment, un écran indique le niveau de consommation énergétique de la veille pour féliciter les 240 salariés de cette filiale du géant industriel américain Accuride.

Sauter ce créneau matinal économise la consommation de 1 000 foyers au prix d'un effort des employés pour résoudre par exemple le problème des gardes de nocturne d'enfants : "Moi personnellement, je veux bien, mais c'est regrettable quand même, ce ne sont pas des horaires qui sont normaux", précise un salarié.

"Une responsabilité sociétale"

La semaine dernière, grâce au tarif de l'électricité plus avantageux la nuit, l'usine a allégé de 15% sa facture. Ce qui n'est pas négligeable : en 2021, elle payait 1,8 million d'euros d'électricité par an, contre 4,4 cette année. 

L'énergie, troisième poste de dépense historique sur ces chaines de fabrication, qui pourrait cette année être à équivalent avec les salaires de l'usine. Malgré cela, les salariés percevront environ 120 euros bruts par mois, selon Force ouvrière. La direction précise que cela effacera presque l'économie réalisée, mais qu'il s'agit d'une responsabilité sociétale. Surtout, elle veut protéger la capacité de production, donc les installations. 

Lire aussi

"En cas de rupture d'approvisionnement électrique soudain, on pourra avoir la machine qui reste bloquée en bas. Impossible de la redémarrer pendant plusieurs heures, voir plusieurs jours", explique Hugues Dugrés, directeur général d'Accuride. En fonction des périodes de tensions en alimentation électrique, l'usine n'exclut pas de conserver ce nouveau rythme jusqu'à janvier ou février prochain.

Comme cette usine, d'autres sites industriels vont réorganiser leurs horaires de travail pour profiter des tarifs et de la disponibilité nocturne, à l'image de Toshiba à Dieppe, Setforge et Ascométal en Lorraine, selon nos confrères de FranceInfo.


TF1 | Reportage Olivier Santicchi, Sofiane Cherifi

Tout
TF1 Info