Accusations de complot en Jordanie : la justice interdit toute information sur les réseaux sociaux

La rédaction de LCI avec AFP
Publié le 6 avril 2021 à 18h08
Accusations de complot en Jordanie : la justice interdit toute information sur les réseaux sociaux

Source : Khalil MAZRAAWI / AFP

INTERNATIONAL - Depuis les accusations de complot contre le demi-frère du roi de Jordanie, partisans du prince Hamza et ceux du souverain Abdallah II s'affichent sur les réseaux sociaux. La justice vient désormais d’y interdire toute information à ce sujet, tout comme dans les médias audiovisuels.

Coup d'arrêt dans l'agitation autour du royaume de Jordanie. Alors que le vice-Premier ministre a accusé dimanche le prince Hamza, demi-frère du roi Abdallah II, de déstabiliser le royaume et de porter atteinte à la sécurité du pays, la justice veut désormais clore l'affaire. Ce mardi, le procureur général d'Amman a interdit la publication de toutes les informations concernant le prince Hamza, selon un communiqué diffusé par la télévision officielle.

"Par souci de respecter le secret de l'enquête des services de sécurité concernant le prince Hamza et d'autres, (il a été décidé) d'interdire de publier tout ce qui a trait à cette enquête à ce stade", a assuré le magistrat Hassan al-Abdallat dans ce communiqué. "L'interdiction de publication concerne tous les médias audiovisuels et réseaux sociaux, ainsi que les images ou clips vidéo en rapport avec ce sujet, sous peine de poursuite pénale", a-t-il précisé.

Le prince, qui nie ces accusations et se présente comme un homme "libre" voulant tenir la promesse faite à son père de "servir" son pays, a dit être assigné à résidence à son palais d'Amman. Deux personnalités, Bassem Awadallah, ancien directeur du bureau royal, et Cherif Hassan ben Zaid, qui fut un temps émissaire spécial du roi jordanien en Arabie saoudite, ainsi qu'une dizaine d'autres personnes, ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire.


La rédaction de LCI avec AFP

Tout
TF1 Info