Finlande, Suède : vers un élargissement de l'Otan

Adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan : Erdogan "résolu" à bloquer le processus

MM avec AFP
Publié le 19 mai 2022 à 13h43
JT Perso

Source : TF1 Info

Jeudi, Recep Tayyip Erdogan, s'est de nouveau dit "résolu" à contrer la demande d'adhésion à l'Otan des deux pays nordiques.
"Nous dirons non à la Finlande et à la Suède qui veulent rejoindre l'Otan", a-t-il affirmé.
D'après lui, les deux pays "hébergent les terroristes chez eux, le PKK et l'YPG".

Recep Tayyip Erdogan douche l'enthousiasme occidental dans le dossier de l'élargissement annoncé de l'Otan. Alors que l'adhésion d'un nouvel État membre ne peut se faire qu'à l'unanimité, le président turc s'est dit, jeudi 19 mai, "résolu" à contrer la demande d'adhésion de la Finlande et de la Suède.

"Nous sommes résolus à maintenir notre position, nous avons informé nos amis que nous dirons non à la Finlande et à la Suède qui veulent rejoindre l'Otan et nous persisterons dans cette voix", a déclaré le chef de l'État devant une assemblée de jeunes gens, à l'occasion de la Journée de la jeunesse. "Cette Suède et cette Finlande sont les pays qui hébergent les terroristes chez eux, le PKK et l'YPG"', a-t-il martelé à propos du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et de ses alliés kurdes irakiens de l'YPG.

Le PKK est considéré comme organisation terroriste par Ankara, mais aussi par les États-Unis et l'Union européenne. En revanche, l'YPG a combattu les djihadistes de l'État islamique aux côtés notamment des États-Unis.

"Nous sommes très préoccupés par ces deux pays, surtout par la Suède qui est un foyer de terreur, un absolu nid de terroristes", a insisté Recep Tayyip Erdogan, rappelant la règle de l'unanimité au sein de l'Otan : "Si un pays dit non, (les autres) ne peuvent pas accepter".


MM avec AFP

Tout
TF1 Info