Affaire Epstein : de nouveaux documents dévoilés par la justice américaine

par F.S.
Publié le 6 janvier 2024 à 14h04, mis à jour le 6 janvier 2024 à 18h16

Source : TF1 Info

De nouveaux documents du dossier judiciaire de Jeffrey Epstein ont été rendus publics ce vendredi à New York.
Ce sont plus de 1300 pages qui s'ajoutent aux quelque 1600 pages déjà dévoilées.
Si elles ne comportent pas de révélations, elles attirent l'attention sur le cas du prince Andrew.

Plus de quatre ans après le suicide de Jeffrey Epstein, ce nom fait à nouveaux les gros titres en ce début 2024. Pour la troisième fois consécutive, des documents du dossier judiciaire de ce financier new-yorkais accusé de trafic sexuel de mineures ont été publiés ce vendredi 5 janvier par une juge fédérale de New York. Des milliers de pages qui viennent s'ajouter aux quelque 1600 pages déjà dévoilées mercredi et jeudi.

Le nom du prince Andrew reéapparait

Dans les nouvelles pages rendues publiques, aucune révélation fracassante. Selon le Guardian, qui a épluché les fichiers, il s'agit plutôt d'extraits de dépositions de Ghislaine Maxwell, la femme devenue proxénète pour son amant, et de Johanna Sjoberg, l'une des nombreuses victimes dont le nom domine les documents judiciaires. Des textes qui permettent de mieux comprendre le mode opératoire du prédateur et de sa compagne

Dans ces extraits, celle qui était alors une jeune étudiante explique que le duo offrait des avantages aux jeunes femmes afin de les attirer dans leur toile. Elle donne ainsi l'exemple de cette femme de 18 ans "à qui ils ont fait porter un appareil dentaire". "Elle avait une très mauvaise posture. À force de massages, elle a appris à se tenir droite. Je l'ai vue devenir une personne beaucoup plus sûre d'elle", révèle celle qui a désormais 42 ans.

Mais c'est surtout un autre nom qui attire l'attention. Celui du prince Andrew, accusé d'avoir réalisé plusieurs séjours dans la maison de Palm Beach où Virginia Roberts Giuffre affirme avoir été contrainte à des relations sexuelles tarifées avec lui. Les documents révélés et qui s'ajoutent à la "liste de noms" déjà publiée mercredi comprennent ainsi une liste de recherches réalisées par Ghislaine Maxwell. Dans le cadre d'un processus de collecte de preuves, celle-ci a tapé des noms tels que "Clinton" ou "Andrew", accolés de mots comme "écolière" et "gerbille". 

Pour rappel, tandis que le Prince Andrew est directement visé pour des faits répréhensibles déjà connus, ce n'est pas le cas de Bill Clinton. Si son nom apparaît 73 fois dans les documents, l'ancien président n'est cité explicitement dans aucun des actes répréhensibles.

Andrew, un prince rattrapé par la justice américaineSource : JT 20h WE

Aucune révélation fracassante, donc. Rien d'étonnant, puisque ces documents ont été rendus publics précisément parce que la justice américaine a estimé en décembre dernier que les personnes qui y apparaissent avaient déjà été identifiées dans la presse, au cours de ces dernières années.


F.S.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info