Novak Djokovic à l'Open d'Australie, une saga pour un visa

Open d'Australie : la saga Djokovic vire à l'affaire diplomatique

I.N.
Publié le 14 janvier 2022 à 20h41
JT Perso

Source : TF1 Info

MATCH DIPLOMATIQUE - Le président serbe a fustigé le Premier ministre australien, affirmant que les autorités "maltraitaient" Novak Djokovic. En Australie, l'opposition reproche au gouvernement d'utiliser cette affaire pour détourner l'attention.

Pour Novak Djokovic, les coups de raquette semblent bien loin. Son visa, lui permettant de séjourner en Australie le temps du premier tournoi du Grand Chelem de la saison, a une nouvelle fois été annulé par le gouvernement, "sur des bases sanitaires et d'ordre public". Dès samedi, à deux jours de l'ouverture de la compétition, le numéro un mondial de tennis retournera en rétention, où il a déjà passé plusieurs jours après être entré en Australie sans respecter l'obligation d'être vacciné contre le Covid-19.

Si le Serbe espère toujours échanger ses premiers coups en terre australienne dès la semaine prochaine, les dirigeants des deux pays n'ont pas attendu le début de la compétition pour s'échanger des amabilités. Ce vendredi soir, le président serbe Aleksandar Vucic s'en est ouvertement pris au Premier ministre australien, Scott Morrison. "Pourquoi le maltraitez-vous ?", s'est-il insurgé. "Pourquoi vous en prenez-vous non seulement à lui, mais aussi à sa famille et à toute la nation ?"

L'affaire Djokovic, une "distraction" pour l'opposition australienne

En attendant la réponse du gouvernement australien, qui veut se montrer ferme quant aux règles en vigueur pour lutter contre la pandémie de Covid-19, l'affaire a d'ores et déjà pris un nouveau tournant. Même au sein du pays océanique, la décision d'annuler le visa de Novak Djokovic est contestée. Selon le Sydney Morning Herald, l'opposition estime que le gouvernement de Scott Morrison utilise cette polémique pour détourner l'attention.

Lire aussi

Le quotidien évoque notamment des pénuries dans les supermarchés, dans les pharmacies, et même des pénuries de travailleurs. "Cette saga de Novak Djokovic est utilisée comme une distraction des pénuries", a dénoncé Jim Chalmers, membre de l'opposition au sein du Parlement australien. Cette affaire sportive puis sanitaire, désormais saga diplomatique, devrait encore durer : Novak Djokovic est encore loin d'être certain de défendre son titre sur les courts australiens.


I.N.

Tout
TF1 Info