Donald Trump comparaît dans un procès inédit, qui s'est ouvert lundi 15 avril à New York.
S'il se montre indifférent par son attitude et ses prises de parole, le candidat républicain s'est même endormi à plusieurs reprises, selon des journalistes américains présents.

Donald Trump est devenu lundi 15 avril le premier ex-président américain à comparaître au pénal, mais le principal intéressé ne semble pas si préoccupé par la procédure. Selon plusieurs journalistes présents au tribunal, l'ancien président s'est même endormi dès le premier jour du procès. Une scène se produisant à nouveau ce mardi, décrite par le journaliste de Law360 Frank G. Runyeon. "Sa tête s'effondre pour la troisième fois, il secoue les épaules. Les yeux toujours fermés", rapporte-t-il minutieusement sur X. 

"Monsieur Trump a semblé s’endormir à plusieurs reprises, sa bouche se relâchait et sa tête baissée tombait sur sa poitrine", détaille de son côté Maggie Haberman. Dans son article, la journaliste du New York Times rapporte également que Donald Trump aurait mis plusieurs minutes avant de réaliser que son avocat, Todd Blanche, essayait de lui transmettre des notes. "Monsieur Trump a semblé se réveiller en sursaut et les remarquer", raconte-t-elle. 

Les caméras et appareils photo n'étant pas autorisés lors de l'audience, aucune image montrant l'ex-président s'assoupir n'a pu circuler. Des faits aussitôt niés par l'équipe de campagne de Donald Trump. Il faut dire que ces témoignages posent un problème pour celui qui a fait du surnom "Sleepy Joe" (Joe l'endormi) une ligne d’attaque clé face à son rival démocrate Joe Biden dans la course à la présidentielle. 

"Il s'agit de 100% de fausses nouvelles provenant de 'journalistes' qui n'étaient même pas présents dans la salle d'audience", a insisté un porte-parole, générant ainsi deux versions des événements au sein de la société américaine. À noter que les seuls visuels de l’intérieur de la salle d’audience sont conçus par un dessinateur. 

Après "Sleepy Joe", "Sleepy Don"

Cette observation dépeinte par la presse a par ailleurs inspiré l’ancienne directrice de la communication de Joe Biden, qui n’a pas tardé à renommer l’ancien président "Sleepy Don", en référence au surnom que ce dernier a attribué à l'actuel président des États-Unis. 

Dans ce procès sans précédent, Donald Trump est accusé d'avoir maquillé les comptes de son groupe immobilier afin de dissimuler des paiements destinés à faire taire, en pleine campagne électorale en 2016, une ancienne star de films X, Stormy Daniels, qui dit avoir eu une liaison extraconjugale avec lui.


Marie TERANNE

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info