L'Afghanistan aux mains des talibans

"La meilleure décision pour l'Amérique" : Biden justifie le retrait d'Afghanistan

Aurélie Loek
Publié le 1 septembre 2021 à 7h13
JT Perso

Source : TF1 Info

DÉFENSE - Pour sa première prise de parole à la suite du départ des troupes américaines du sol afghan, le président Joe Biden a balayé les critiques, qualifiant le retrait des soldats de "meilleure décision pour l'Amérique".

Après 45 minutes de retard, le président Joe Biden a pris son temps. Durant sa première prise de parole depuis le départ du dernier contingent américain du sol afghan, le chef de l'État a justifié sur un ton déterminé toutes ses décisions, assurant qu'"il était temps de mettre fin à cette guerre".

Malgré les vives critiques autour des opérations, chaotiques et endeuillées par un lourd attentat, le président américain a salué "l'extraordinaire succès" de la mission d'évacuation des Américains et de leurs alliés. "Aucun pays n'a jamais rien réalisé de comparable dans toute l'Histoire", a souligné le président américain.

Revenant sur l'exploit logistique que ce pont aérien représentait, le président américain a assuré qu'il n'aurait pas pu commencer plus tôt. "Depuis mars, nous avons contacté 19 fois les ressortissants américains en Afghanistan", a expliqué le président. Il a également affirmé que les États-Unis restaient déterminés à évacuer les quelques Américains toujours en Afghanistan, dont le nombre est évalué entre 100 et 200. 

Pas d'autre choix que "le départ ou l'escalade militaire"

Ce discours solennel lui a surtout permis de défendre sa décision de quitter ce pays après 20 ans de présence américaine. Rejetant la faute sur son "prédécesseur", Donald Trump, et sur l'accord que celui-ci a passé avec les talibans, Joe Biden a souligné que les États-Unis n'avaient eu d'autre choix que "le départ ou l'escalade militaire". "Je n'allais pas prolonger cette guerre éternelle et je n'allais pas prolonger le retrait éternel", a martelé le chef de l'État. 

Pour Joe Biden, l'intérêt national des États-Unis n'était plus d'être présent en Afghanistan. La mission qui avait justifié cette opération, c'est-à-dire, la poursuite d'Al-Qaïda à la suite des attentats du 11-novembre, était terminée. Dans son discours, il a assuré qu'il ne croyait plus que "la sûreté et la sécurité des États-Unis" étaient renforcées par la présence de troupes sur le terrain en Afghanistan.

Annonçant une nouvelle ère en matière de politique étrangère, le président Biden a déclaré que la fin de la guerre en Afghanistan marquait la fin d'une ère pour les efforts militaires des États-Unis "pour remodeler d'autres pays." "Il était temps d'être à nouveau honnête avec le peuple américain. Nous n'avions plus d'objectif clair dans une mission sans fin en Afghanistan", a défendu Joe Biden.

Lire aussi

La lutte contre le terrorisme reste pourtant un objectif pour le président américain. Revenant sur l'attentat près de l'aéroport de Kaboul qui a endeuillé les opérations d'évacuations en faisant plus d'une centaine de victimes, dont 13 soldats américains, Joe Biden a mis en garde le groupe État islamique au Khorasan (EI-K). Promettant de mener "une stratégie dure, impitoyable, ciblée et précise, qui traque la terreur là où elle se trouve aujourd'hui, pas là où elle était il y a deux décennies", le président a maintenu : "Nous n'en avons pas fini avec vous".


Aurélie Loek

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info