L'Afghanistan aux mains des talibans

Afghanistan : "Aux États-Unis, c’est une sidération totale et une humiliation"

La rédaction de LCI
Publié le 16 août 2021 à 14h01
A US Marines looks on as he talks on his radio as Afghan National Army soldiers clear the road at the Shorab Military Camp in Lashkar Gah.

A US Marines looks on as he talks on his radio as Afghan National Army soldiers clear the road at the Shorab Military Camp in Lashkar Gah.

Source : WAKIL KOHSAR / AFP

ANALYSE - Le spécialiste des États-Unis Jean-Eric Branaa estime que la victoire des talibans et l'effondrement dimanche du gouvernement afghan et de son armée financée par Washington est une "humiliation" et un "terrible désaveu" pour le pays.

Vingt ans d'occupation et 2500 militaires américains tués, pour quel résultat ? C'est la question que les citoyens américains et la communauté internationale se posent, ce lundi, au lendemain de l'entrée des talibans dans Kaboul devant une armée afghane impuissante et de la fuite du président Ashraf Ghani. "Aux États-Unis, c’est une sidération totale. (...) En réalité, c’est une humiliation pour eux, qui pensaient avoir retrouvé leur grandeur sous Donald Trump, puis leur leadership sous Joe Biden", a expliqué ce lundi 16 août sur le plateau de LCI Jean-Eric Branaa, maitre de conférences à l’université Paris II Assas et spécialiste des États-Unis. 

Intervenir en Afghanistan il y a 20 ans, "c’était une décision de George W. Bush, il fallait poursuivre Oussama Ben Laden. À ce moment-là, c’était une priorité internationale. Pourquoi être venu et s’être installé ? Pourquoi Barack Obama n’a pas réussi à sortir de ce territoire et a laissé la corruption s’installer ? Pourquoi Donald Trump a permis cet accord il y a un an ? [Le 29 février 2020 à Doha, les États-Unis signent un accord historique avec les talibans qui prévoit le retrait de tous les soldats étrangers d’ici au 1er mai 2021, ndlr] Pourquoi Biden l’a poursuivi et ne l’a pas mieux préparé ?", interroge le spécialiste. "Et cerise sur le gâteau : tout cela arrive à quelques jours de l’anniversaire des 20 ans du 11-Septembre."

Les Etats-Unis ne peuvent plus s'imposer sur la scène étrangère

"Alors que Biden était arrivé pour restaurer l’autorité des États-Unis, qu’il s’est placé depuis le début de son mandat en leader du monde, les Américains prennent là une leçon d’humilité extraordinaire, et ils n’y étaient pas préparés", estime Jean-Eric Branaa. Toutefois, "c’est injuste vis-à-vis de Joe Biden car ce n’est pas lui qui a décidé de cette opération, c’est George W. Bush", ajoute-t-il. "Ce n’est pas juste parce que c’est Barack Obama qui l’a laissé perdurer et qui a permis qu’il y ait de la corruption généralisée dans le pays, ce n’est pas juste parce que c’est Donald Trump qui a fait signer les accords de Doha", poursuit le maitre de conférences. Pour autant, "c’est Joe Biden qui est à la Maison blanche et doit aller jusqu’au bout de cette opération et de ne pas permettre à Al-Qaïda ou l’État islamique de revenir dans ce pays."

Lire aussi

Pour le spécialiste, la situation en Afghanistan est aujourd'hui un "terrible désaveu" pour les États-Unis. "L’Amérique non seulement n’est pas de retour, mais elle prouve même que sur la scène étrangère elle ne peut plus s’imposer. Désormais le peuple américain n’acceptera plus d’interventions extérieures. L'Amérique se recroqueville."


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info