L'Afghanistan aux mains des talibans

Afghanistan : l'ONU accuse les talibans d'avoir commis des assassinats malgré leurs promesses

T.G avec AFP
Publié le 10 septembre 2021 à 6h34
Des membres des forces spéciales talibanes à l'aéroport de Kaboul, le 31 août.

Des membres des forces spéciales talibanes à l'aéroport de Kaboul, le 31 août.

Source : WAKIL KOHSAR / AFP

CONDAMNATION - L'ONU estime "crédible" que des meurtres aient été commis par les talibans "malgré les nombreuses déclarations garantissant des amnisties générales" prononcées par les islamistes depuis leur prise du pouvoir.

Soucieux de ne pas reproduire les exactions qui avaient accompagné leur premier règne, entre 1996 et 2001, les talibans avaient promis une amnistie générale pour tous les fonctionnaires de l'État avant même de prendre Kaboul. Une fois la capitale afghane, et les clefs du pouvoir de facto, tombée, leur porte-parole avait Zabihullah Mujahid avait déclaré "la guerre est terminée, nous ne chercherons pas à nous venger (...)  Tous ceux qui sont dans le camp opposé sont pardonnés de A à Z" lors de sa première prise de parole publique. 

Malgré ces déclarations et les gages envoyés à la communauté internationale ces dernières semaines, les insurgés seraient coupables d'assassinats depuis leur retour à la tête de l'Afghanistan comme l'a affirmé l'émissaire des Nations unies en Afghanistan, Deborah Lyons,  réuni jeudi 9 septembre. "Nous sommes inquiets du fait que malgré les nombreuses déclarations garantissant des amnisties générales aux membres des forces de sécurité et de défense nationale afghanes et à ceux qui ont travaillé comme fonctionnaires, il y a des allégations crédibles sur des meurtres de représailles de membres des forces de sécurité et de détention de responsables ayant travaillé pour de précédents gouvernements", a-t-elle décrit devant le Conseil de sécurité de l'organisation.

Lire aussi

Avant même la prise de Kaboul, la grande offensive des insurgés cet été avait été accompagné de plusieurs assassinats documentés, notamment le lynchage du comédien Khasha Zwan, connu pour ses sketchs moquant les talibans. Ces derniers jours, des rassemblements anti-talibans, ont été dispersés violemment par des soldats du mouvement dans les grandes villes du pays. Deux personnes auraient été tuées. 

Mercredi 8 septembre, deux journalistes du quotidien afghan Etilaat Roz ont publié des photos de leur corps couvert de bleus et de cicatrices après une manifestation à Kaboul. Ils ont expliqué à l'Agence France Presse avoir été emmenés au poste puis tabassés de longues heures "à coups de pied, de bâtons, de câbles, de tuyaux, de tout ce qu'ils pouvaient trouver".

Lors de sa prise de parole au Conseil de sécurité, Deborah Lyons a par ailleurs appelé la communauté internationale à maintenir les flux d'aides vers l'Afghanistan, avertissant que dans le cas contraire, l'économie du pays pourrait s'effondrer. Sans aide, l'Afghanistan vivra une "grave récession économique qui pourrait entraîner des millions de personnes dans la pauvreté et la faim, et pourrait créer une vague massive de réfugiés", selon l'émissaire onusienne, qui réclame la fin du gel des actifs afghans placés à l’étranger.

Depuis la chute, en août, du régime afghan mis en place par la coalition internationale en 2001, quelque 10 milliards de dollars de fonds hébergés hors du pays sont bloqués par les pays occidentaux, qui utilisent ce levier pour mettre la pression sur l'exécutif taliban. 


T.G avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info