Des Afghanes manifestent pour la réouverture des écoles aux filles

Publié le 26 mars 2022 à 17h54

Source : JT 20h WE

Une vingtaine d'Afghanes ont manifesté samedi à Kaboul contre la fermeture des écoles pour les filles.
Ce rassemblement fait suite à la volte-face des talibans, qui ont interdit aux filles d'étudier, quelques heures à peine après une réouverture qui avait été annoncée de longue date.

"Ouvrez les écoles ! Justice, justice !", ont scandé une vingtaine de manifestantes à Kaboul, décidées à réagir face à la décision brutale des talibans de fermer l'enseignement secondaire aux filles. Rassemblées au départ sur une place de la capitale, des femmes et des jeunes filles, dont beaucoup portaient des abayas noires et des foulards, ont protesté pendant un peu moins d'une heure.

Plusieurs tenaient des affichettes sur lesquelles on pouvait notamment lire : "Vous avez pris ma terre vertueuse, ne prenez pas mes efforts et mon éducation". La manifestation a été rapidement dispersée par les talibans, arrivés sur les lieux.

Une nouvelle volte-face "dans les prochains jours" ?

Près de sept mois après l'arrivée des talibans au pouvoir en Afghanistan, en août 2021, collèges et lycées devaient rouvrir mercredi pour les filles. Mais cette rentrée, prévue de longue date, a été de courte durée. Quelques heures à peine après la réouverture, les talibans ont finalement décidé que l'accès au secondaire allait être finalement réservé aux garçons. L'annonce, aussi brutale qu'inattendue, a eu lieu alors que de nombreuses élèves étaient déjà revenues en cours.

Elle a suscité plusieurs condamnations, dont celles de l'ONU, de l'Unesco ou encore de pays occidentaux, dont les États-Unis et l'Union européenne, qui ont dénoncé "une décision arbitraire" et demandé aux fondamentalistes islamistes de "revenir de toute urgence" sur leur décision. Samedi, l'émissaire américain pour l'Afghanistan, Thomas West, a par ailleurs déclaré que les États-Unis s'attendaient à ce que les talibans reviennent sur leur décision "dans les prochains jours"

Pour le moment cependant, aucune explication claire n'a été donnée par le ministère de l'Éducation à sa volte-face. La décision serait intervenue après une réunion mardi soir de hauts responsables à Kandahar (Sud), berceau et centre de pouvoir de fait du mouvement islamiste fondamentaliste. Seuls les cours de primaire sont désormais autorisés pour les filles.

Les observateurs craignent que les nouveaux maîtres du pays n'interdisent à nouveau l'école pour les filles, comme ils l'avaient fait lors de leur premier règne, de 1996 à 2001. Lors de leur prise de pouvoir, les talibans avaient pourtant assuré avoir changé et avaient déclaré que les filles allaient pouvoir retourner étudier, "aussi vite que possible".

La multitude de restrictions imposées aux femmes depuis sept mois indiquent cependant le contraire. Elles sont exclues de nombreux emplois publics, contrôlées sur la façon de s'habiller et interdites de voyager seules en dehors de leur ville. Ils ont aussi arrêté et détenu plusieurs militantes qui avaient manifesté pour les droits des femmes. La manifestation de samedi est la première depuis de nombreuses semaines à avoir eu lieu dans la capitale.


Aurélie LOEK

Tout
TF1 Info