La situation est particulièrement tendue à Dakar, depuis l'annonce du report des élections.
Ce lundi 5 février, le projet de loi actant le report est examiné par les députés sénégalais.
Une manifestation devant l'Assemblée a été dispersée par les gendarmes.

L'atmosphère est explosive à Dakar, depuis l'annonce, samedi 3 février, du report de l'élection présidentielle, par le président sortant Macky Sall. L'opposition a dénoncé un "coup d'État constitutionnel", et une première manifestation à Dakar a été dispersée dimanche par les autorités. Le scrutin du 25 février se profilait comme le plus indécis depuis l'Indépendance du pays en 1960. C'est la première fois depuis 1963 qu'une élection présidentielle au suffrage universel direct est reportée au Sénégal. Ce lundi, l'Assemblée examine la proposition de loi qui acterait le report du scrutin pour six mois. Retrouvez ici le fil des principaux évènements depuis l'annonce du report.

• En janvier, la Cour constitutionnelle sénégalaise a validé vingt candidatures pour la présidentielle du 25 février, mais en a rejeté des dizaines d'autres.

•  Un des ténors de l'opposition retoqués, l'ancien ministre Karim Wade, a obtenu la semaine dernière la création d'une commission parlementaire, pour enquêter sur l'intégrité de deux juges de la Cour constitutionnelle.

•  Samedi 3 février, le président sortant, Macky Sall, annonce avoir signé un décret pour reporter sine die l'élection présidentielle. 

 

•  Le bureau de l'Assemblée nationale a adopté dans la foulée une proposition de loi, à l'initiative de la coalition de l'opposant Karim Wade, portant sur un "report de six mois maximum" de la présidentielle du 25 février. 

• Dans la soirée du samedi 3 février, l'opposant Khalifa Sall, un des principaux candidats à la présidentielle, a appelé tout le pays à "se lever" contre le report de l'élection du 25 février, en dénonçant un "coup d'État constitutionnel"

• L'opposition a appelé à manifester à Dakar le dimanche 4 février, date à laquelle devait en principe commencer la campagne électorale. 

• Dans l'après-midi du dimanche, des heurts ont éclaté à Dakar où les gendarmes sénégalais ont dispersé à coups de gaz lacrymogènes des centaines de personnes venues manifester contre le report de la présidentielle, avant d'essuyer des jets de pierres. 

• Dans la soirée, les autorités ont suspendu le signal d'une télévision privée, Walf TV, coupable selon elles d'"incitation à la violence" à travers ses images sur les manifestations. 

•  Quelle est la situation ce lundi, alors que les députés sénégalais examinent la proposition de loi sur le report de l'élection présidentielle ? L'accès à l'Internet mobile a été coupé à Dakar et les gendarmes ont dispersé à l'aide de lacrymogènes un rassemblement devant l'Assemblée nationale.


F.Se

Tout
TF1 Info