Depuis sa prison en Russie, le principal opposant russe, Alexeï Navalny, a appelé ses concitoyens et tous les citoyens du monde à protester dans la rue contre la guerre menée en Ukraine par son pays.
S'il ne nie pas les risques d'arrestations, il soutient que c'est le prix à payer pour la paix.

Depuis le début de la guerre menée par Vladimir Poutine en Ukraine, Alexeï Navalny, se dit opposé aux agissements de son pays. "Je pense que cette guerre entre la Russie et l'Ukraine est menée pour dissimuler le vol des citoyens russes et détourner leur attention des problèmes qui existent à l'intérieur du pays, de la dégradation de l'économie", affirmait l'ennemi juré du Kremlin fin février, à l'audience d'un nouveau procès qui s'est ouvert contre lui.

Ce jeudi, le principal opposant russe, qui purge une peine de prison de deux ans et demi pour une affaire de fraude - qu'il juge politique -, a une nouvelle fois pris position sur le réseau social Twitter, appelant à une mobilisation mondiale.

Nous devons, en serrant les dents et en surmontant la peur, sortir et exiger la fin de la guerre.
Alexeï Navalny

"J'appelle tout le monde à descendre dans la rue et à lutter pour la paix", écrit-il. "Nous ne pouvons attendre plus longtemps. Où que vous soyez, en Russie, au Bélarus, ou de l'autre côté de la planète, rendez-vous sur la place principale de votre ville chaque jour et à 14h le week-end et pendant les vacances", appelle Alexeï Navalny, qui demande également à tous ceux qui le peuvent de se rendre à l'ambassade russe de leur pays et d'organiser des manifestations. "Nous devons, en serrant les dents et en surmontant la peur, sortir et exiger la fin de la guerre."

Si Alexeï Navalny ne nie pas les risques d'arrestations, surtout en Russie, il invite son peuple à ne pas devenir "une nation de gens effrayés et silencieux". "Poutine n'est pas la Russie. Et s'il y a quelque chose en Russie en ce moment dont vous pouvez être le plus fier, ce sont ces 6824 personnes qui ont été arrêtées parce que - spontanément - elles sont descendues dans la rue avec des pancartes disant 'Pas de guerre'". Selon l'opposant au Kremlin, chaque personne arrêtée doit "être remplacée par deux nouveaux venus".

"Si, pour mettre fin à la guerre, nous devons remplir les prisons et les fourgons de police par nous-mêmes, alors nous remplirons les prisons et les fourgons de police par nous-mêmes", affirme-t-il, rappelant que "tout a un prix".

Dimanche, quelques milliers de personnes ont bravé l'interdiction de manifester en Russie pour dire "non à la guerre" en Ukraine. Ces rassemblements ont conduit à 2114 arrestations, selon l'ONG spécialisée OVD-Info, ce qui porte selon elle à 5250 le nombre de personnes interpellées depuis jeudi. La moindre manifestation non-autorisée donne immédiatement, en Russie, lieu à une intervention policière. Et le simple fait de se tenir seul dans la rue avec une pancarte peut valoir une arrestation.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info