Alexeï Navalny, mort de l'ennemi numéro un de Vladimir Poutine

Publié le 16 février 2024 à 14h44

Source : TF1 Info

Des agences russes ont annoncé la mort d'Alexei Navalny en prison, vendredi 16 février 2024.
Le militant purgeait une peine de prison dans une colonie pénitentiaire dans l'Arctique, dans des conditions très difficiles.
Son opposition à Vladimir Poutine en a fait l'ennemi numéro au maître du Kremlin.

Opposé jusqu'au bout au maître du Kremlin. Ce vendredi 16 février, des agences russes ont annoncé la mort d'Alexeï Navalny à l'âge de 47 ans, alors qu'il purgeait une peine de prison pour "extrémisme" dans une colonie pénitentiaire aux conditions très difficiles dans l'Arctique. Cela n'empêchait pas Alexeï Navalny de continuer à conspuer le pouvoir russe, qualifiant ces derniers temps Vladimir Poutine de "papi caché dans un bunker", assumant jusqu'au bout son rôle d'ennemi numéro un au président russe.

Vous ne me ferez pas taire avec votre cellule d’isolement
Alexeï Navalny

Celui qui fut d'abord avocat s'est opposé à Vladimir Poutine en dénonçant la corruption des élites russes, le premier étant le président russe. Alexeï Navalny estimait d'ailleurs que son parti était celui "des voleurs et des escrocs" et avait dévoilé de nombreuses enquêtes à ce propos. En 2021, un film de plus de deux heures et nommé "Un palais pour Poutine" démontrait, documents à l'appui, que le chef du Kremlin profitait d'une somptueuse propriété financée par la corruption, sur les bords de la mer Noire. Une vidéo devenue tellement virale que Vladimir Poutine a dû prendre la parole à ce propos, assurant qu'il n'était pas le propriétaire du palace.

Le militant charismatique a également mené de nombreuses manifestations contre le pouvoir russe et a tenté de s'imposer dans les urnes. En 2011, il est à la tête du mouvement de contestation des législatives remportées par le parti au pouvoir, avec des rassemblements d'une ampleur inédite depuis l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000. En 2018, il se porte candidat à l'élection présidentielle afin de rivaliser à Vladimir Poutine, mais est interdit d'élection.

Face à cette figure qui a gagné en notoriété au fil des années, les procès pour le faire taire se sont multipliés. En août 2020, il frôle même la mort suite à une probable tentative d'empoisonnement au Novitchok, produit neurotoxique développé à des fins militaires à l'époque soviétique. Soigné à Berlin, l'opposant russe est néanmoins revenu en Russie et est arrêté à peine de retour dans son pays. 

Emprisonné depuis, Alexeï Navalny poursuivait ses virulentes prises de parole, que ce soit lors de ses audiences ou sur les réseaux sociaux, malgré de très dures conditions de détention. "Vous ne me ferez pas taire avec votre cellule d’isolement. Poutine associe des centaines de milliers de personnes aux crimes qu'il commet. Il est comme la mafia, qui lie à elle par le sang des centaines de milliers de personnes", lançait l'opposant au cours de l'une de ces audiences, en janvier 2023. A contrario, le chef d'État russe se refusait à prononcer le nom de son principal détracteur.


Aurélie LOEK

Tout
TF1 Info