Vingt ans de prison ont été requis contre l'opposant russe déjà emprisonné Alexeï Navalny.
Le militant est jugé depuis un mois à huis clos dans un nouveau procès pour "extrémisme".

Depuis le déclenchement de l'offensive russe contre l'Ukraine en février 2022, la quasi-totalité des opposants d'envergure ont ainsi été emprisonnés ou poussés à l'exil. Des milliers de Russes ordinaires ont aussi été poursuivis, notamment pour avoir dénoncé le conflit.

Le plus emblématique, l'opposant russe déjà emprisonné Alexeï Navalny est de son côté jugé depuis un mois à huis clos dans un nouveau procès pour "extrémisme". Les réquisitions sont tombées ce jeudi 20 juillet : "L'accusation demande 20 ans d'emprisonnement pour Navalny, à purger dans une colonie à régime spécial", ont écrit ses proches sur la messagerie Telegram, précisant que le verdict sera rendu le 4 août.

"La guerre la plus stupide du XXIe siècle"

Les colonies à "régime spécial" sont les établissements pénitentiaires ayant la plus sinistre réputation en Russie, destinés d'ordinaire pour les criminels les plus dangereux et les condamnés à la perpétuité. Le militant anticorruption de 47 ans, qui purge déjà une peine de neuf ans de prison pour "fraude" dans un établissement de très haute sécurité, risque jusqu'à 30 ans
de prison dans ce nouveau procès, dans lequel il est accusé notamment d'avoir créé et financé une organisation "extrémiste".

Bête noire du président Vladimir Poutine, régulièrement envoyé en cellule correctionnelle, Alexeï Navalny dénonce ces affaires comme étant des vengeances politiques. Dans ses dernières déclarations avant l'énoncé de la peine le 4 août, il a fustigé une nouvelle fois l'offensive russe en Ukraine, évoquant les "dizaines de milliers de morts dans la guerre la plus
stupide et la plus insensée du XXIe siècle"
, selon des propos retransmis sur son compte Telegram par ses collaborateurs.

"Tôt ou tard (la Russie) se relèvera. Et il dépend de nous de savoir sur quoi elle s'appuiera à l'avenir", a-t-il ajouté, appelant à s'appuyer non seulement sur l'intelligence, mais aussi la "conscience".

Sanctions de l'UE

Opposant de longue date au Kremlin, Alexeï Navalny a survécu de peu en 2020 à un empoisonnement pour lequel il accuse les services de sécurité russes sur ordre de Vladimir Poutine. Emprisonné depuis janvier 2021, son procès se tient à huis clos dans la colonie pénitentiaire IK-6 à Melekhovo, à 250 km à l'est de Moscou.

L'Union européenne a annoncé ce jeudi avoir sanctionné, parmi une liste de 12 individus en Russie, le chef de cette colonie pénitentiaire et celui des services pénitentiaires russes, ainsi que cinq entités responsables de "graves violations des droits de l'homme" notamment par leur participation aux poursuites contre des manifestants à Moscou. 

Depuis son emprisonnement, Alexeï Navalny continue périodiquement de publier des messages sur les réseaux sociaux par le biais de ses avocats et collaborateurs, continuant d'afficher un esprit combatif malgré des conditions d'incarcération particulièrement difficiles. Mardi 18 juillet, il ironisait sur son nouveau procès, "plein de preuves convaincantes de (s)a culpabilité", en publiant la copie d'un document présumé de l'accusation qui cite, entre autres, un message anti-Poutine dans l'adresse d'un portefeuille Bitcoin utilisé pour un don à son organisation en 2021.

Pour son troisième anniversaire en prison, le 4 juin, il a assuré garder le moral, malgré 16 séjours en cellule disciplinaire.


V. F

Tout
TF1 Info