Christine Lambrecht essuie une pluie de critiques après avoir diffusé une vidéo de vœux pour 2023.
Elle y évoque le conflit en Ukraine, sur fond de feux d'artifices en plein Berlin.
Une séquence jugée déplacée par ses opposants politiques et de nombreux journaux.

Des propos sur la guerre en Ukraine au milieu de feux d'artifices festifs, "un grand merci" pour des rencontres réalisées depuis le début du conflit… Déjà fragilisée par des bévues, la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, était de nouveau critiquée lundi après la diffusion de ses vœux, une séquence jugée déplacée par plusieurs personnalités politiques et titres de presse. 

Si la vidéo partagée dimanche sur son compte Instagram ne dure qu'une minute à peine, elle a été jugée tellement ratée que la ministre sociale-démocrate est de nouveau visée par des appels à la démission de l'opposition conservatrice et de médias allemands. Elle y apparaît dans le centre de Berlin, décoiffée par des bourrasques, en train d'évoquer la guerre en Ukraine entre deux explosions de pétards et de feux d'artifices, particulièrement prisés des Allemands pour fêter la nouvelle année.

"Une guerre fait rage au milieu de l'Europe. J'ai pu en tirer de nombreuses impressions particulières", glisse en outre Christine Lambrecht au sujet de l'invasion russe, évoquant "beaucoup, beaucoup de rencontres avec des gens intéressants et formidables". "Pour cela, je dis un grand merci", lance-t-elle.

"Couronner sa série d'embarras"

Les réactions acerbes n'ont pas tardé. "Les doutes quant à son aptitude à occuper ce poste existent depuis longtemps. Il est désormais temps que le chancelier en tire les conséquences", fustige lundi le quotidien berlinois Tagesspiegel. "Le discours du Nouvel An enregistré par téléphone portable et à peine compréhensible en raison des fusées de feu d'artifice et de l'absence de micro sur un trottoir berlinois aurait déjà été embarrassant pour un maire de village bénévole - pour une ministre de la Défense d'un membre de l'Otan, c'est tout simplement honteux", s'offusque quant à lui le Bild, le quotidien le plus lu du pays.

Pressé de questions lors d'un point-presse régulier, le porte-parole du ministère de la Défense s'est contenté d'affirmer qu'il s'agissait d'une "vidéo privée", réalisée sans "ressource officielle" et postée sur son compte Instagram, présenté comme privé. Quant au contenu des vœux, "les paroles de la ministre dans la vidéo se suffisent à elles-mêmes, ce n'est pas à moi de les commenter", a-t-il ajouté. La porte-parole adjointe du gouvernement, Christiane Hoffmann, a déclaré de son côté "ne pas voir de raison d'évaluer maintenant" la séquence, selon un autre grand titre allemand, le Zeit.

La ministre a accumulé les déconvenues en 2022, s'attirant régulièrement moqueries et critiques comme lorsqu'elle avait annoncé l'envoi de milliers de casques à des Ukrainiens qui attendaient plutôt de l'Allemagne des livraisons d'armes lourdes. Christine Lambrecht a aussi incarné, aux yeux du régime ukrainien mais aussi des Allemands, les lacunes d'une armée dont le matériel est vétuste. Mi-décembre, Berlin a ainsi dû suspendre de nouvelles commandes de blindés Puma après une série de pannes frappant les appareils déjà utilisés par l'armée. 

Pour le quotidien Süddeutsche Zeitung, les erreurs répétées de la ministre "constituent une énorme hypothèque" pour une armée censée se moderniser et recouvrer une importance stratégique en temps de guerre. Ses vœux parasités par des pétards de la Saint-Sylvestre en arrière-plan ne font que "couronner sa série d'embarras", dénonce de son côté Serap Güler, chargée des questions de défense au sein de la CDU, l'Union chrétienne-démocrate. En maintenant sa ministre, le chancelier Olaf Scholz "se moque-t-il vraiment de l'impact de l'Allemagne en Europe et dans le monde ?", renchérit Armin Laschet, candidat malheureux en 2021 à la succession d'Angela Merkel.


M.L (avec AFP)

Tout
TF1 Info