Le quotidien "Bild" révèle ce dimanche que l'armée allemande cherche à identifier l'origine de drones étrangers.
Depuis octobre 2022, des positions militaires sont survolées par de mystérieux aéronefs.
Si la Russie est suspectée, rien ne permet de le prouver à ce stade.

Des espions volants difficiles, sinon impossibles à identifier. L'Allemagne chercherait l'origine de drones qui survolent régulièrement ses positions militaires, révèle Bild ce dimanche 7 janvier. Le quotidien allemand rapporte que ces aéronefs sont aperçus "chaque semaine" au-dessus de terrains d'entraînement et de casernes de l'armée. Une situation qui ne serait pas récente, puisque l'alerte a été donnée dès octobre 2022, selon un général de la Bundeswehr cité par le journal. 

Les sites de formation des soldats ukrainiens visés

Plus d'un an après ce premier survol, l'origine de ces drones reste inconnue. Bien qu'aucun élément ne permette de le prouver à ce stade, la Russie est fortement suspectée. Et pour cause, les lieux les plus espionnés sont ceux où sont dispensées des formations de soldats ukrainiens. "Des drones sont régulièrement repérés au-dessus de la zone d'entraînement militaire de Klietz, où la Bundeswehr entraîne des Ukrainiens sur le Leopard 1", affirme le député Marcus Faber, ancien porte-parole de son groupe parlementaire sur les questions de Défense. "C'est clairement organisé et nos soupçons portent fortement sur la Russie."

Seule manière d'en savoir plus : neutraliser l'un de ces drones. Sauf que, pour l'heure, les soldats ne sont pas arrivés à mettre la main sur l'un d'eux. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé. Dès 2023, les militaires ont été formés à l'utilisation du brouilleur de drones, le HP 47, produit par une entreprise allemande. En vain, concède Marcus Faber : "Jusqu'à présent, il n'a pas été possible d'arrêter un drone ou son pilote."


Felicia SIDERIS

Tout
TF1 Info