Allemagne : la photo d'un élu d'extrême-droite sur un Mémorial aux Juifs assassinés crée la polémique

T.G.
Publié le 13 octobre 2022 à 10h29

Source : Sujet TF1 Info

Holger Winterstein s'est pris en photo sur l'une des stèles du Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe.
Cet élu du parti d'extrême droite Alternative für Deutschland (AfD) va être sanctionné.

Holger Winterstein dans la tourmente. Cet élu sous l'étiquette du parti d'extrême droite Alternative für Deutschland (AfD) a publié une photo qui suscite la polémique en Allemagne. À l'issue d'une manifestation orchestrée dimanche à Berlin par son parti, l'élu s'est pris en photo sur l'une des stèles du Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe.

Souriant, les bras en l'air, l'élu du land de Thuringe a agrémenté sa photo d'un commentaire : "Le Zeitgeist (doctrine intellectuelle d'une époque, en allemand) n'est qu'un phénomène passager". Une référence à la politique mémorielle allemande, laquelle a pour but d'assumer l'histoire du pays.

Rapidement, le cliché a suscité des critiques. Le ministre allemand de la Santé Karl Lauterbach a réagi sur Twitter : "C'est répugnant. C'est triste, surtout pour le Parlement". L'ambassadeur d'Israël à Berlin Ron Prosor a, lui, estimé que Holger Winterstein faisait "honte à lui-même et à son parti". "Profitez de vos quelques minutes de célébrité honteuse, car votre nom sera vite oublié. Les âmes sanctifiées commémorées dans ce mémorial ne seront jamais oubliées", a ajouté l'ambassadeur.

Contacté par le média allemand MDR, Holger Winterstein a reconnu que prendre cette photo était "extrêmement stupide de sa part"… avant de remettre en cause les critiques. Selon lui, ces dernières sont destinées à atteindre son parti, l'AfD. Il a cependant démissionné ce mercredi de son poste de vice-président de l'association régionale de Sonneberg. L'AfD a, de son côté, annoncé que des sanctions allaient être prises contre l'élu et son "attitude extrêmement irrespectueuse".

Malgré cette polémique, l'AfD remonte ces dernières semaines dans les sondages, à environ 15%, après avoir pâti entre 2020 et mi-2022 de ses divisions internes et de son opposition aux mesures anti-Covid. La mouvance extrémiste de droite, particulièrement active dans les régions d'ex-RDA, se fait aussi entendre avec notamment des manifestations tous les lundis soir dans plusieurs villes du pays. Elle tente ainsi de reproduire le succès de marches organisées à partir de 2014 par le mouvement islamophobe Pegida.


T.G.

Tout
TF1 Info