"Meurtre du doppelgänger" en Allemagne : une femme soupçonnée d'avoir tué son sosie pour simuler sa propre mort

par Pierre Antoine VALADE
Publié le 31 janvier 2023 à 14h55, mis à jour le 31 janvier 2023 à 15h16

Source : Sujet TF1 Info

À Munich (Allemagne), une esthéticienne est soupçonnée d'avoir assassiné son sosie dans le but de simuler sa propre mort.
La police enquête depuis la découverte du corps d'une femme dans le sud du pays en août 2022.

Le "meurtre du doppelgänger", c'est le surnom qui a été donné à cette affaire - "doppelgänger", étant un mot issu de l’allemand signifiant "sosie" ou "double d'une personne vivante".  Selon les autorités allemandes, une esthéticienne de 23 ans, d’origine irakienne et habitante de Munich, aurait effectué des recherches sur les réseaux sociaux afin de trouver des femmes qui lui ressemblaient et tuer l’une d’entre-elles. Son objectif : simuler sa propre mort.

Deux identités pour une victime

En août 2022, la police fait une découverte macabre dans le sud de l'Allemagne, celle d'un corps, lardé de coups de couteau, dans une voiture garée à Ingolstadt. Les premiers rapports permettent d'identifier la victime comme étant Sharaban K., une germano-irakienne. Ses proches sont appelés et confirment l'identité. Mais un examen post mortem révèle des incohérences, la victime se prénomme finalement Khadidja O, une blogueuse beauté de 23 ans de l’État voisin de Bade-Wurtemberg. La police a déclaré que la victime et Sharaban K étaient "étonnamment semblables" en raison de leurs similitudes physiques. 

Ce n'est que le 19 août que Sharaban K est interpellée, en compagnie de Sheqir K, un Kosovar de 23 ans, soupçonné d’avoir fomenté ce stratagème. Les deux complices sont placés en détention provisoire. Après enquête, les autorités ont réussi à retracer le parcours meurtrier des deux assassins présumés. Dans la semaine précédant le meurtre, Sharaban K a commencé par contacter plusieurs jeunes femmes qui lui ressemblaient sur les réseaux sociaux en opérant sous différents pseudonymes. "En faisant diverses promesses, elle a tenté de provoquer des rencontres, qui ont d’abord échoué", a expliqué Veronika Grieser du bureau du procureur d’Ingolstadt.

La victime a été tuée de plus de 50 coups de couteau, le visage complètement défiguré
Andreas Aichele, porte-parole de la police

Selon le Süddeutsche Zeitung repris par The Guardian, Khadidja O, la victime, aurait finalement accepté de rencontrer Sharaban K. sous prétexte d'une proposition commerciale. La mise en cause serait allée la chercher en voiture le jour du meurtre, accompagnée d'un complice. Les deux l’auraient alors poignardée à mort dans un bois, avant de déposer son corps dans la voiture. "La victime a été tuée de plus de 50 coups de couteau, le visage complètement défiguré", a précisé un porte-parole de la police, Andreas Aichele, pour Bild.

Les deux complices présumés auraient ensuite garé le véhicule à Ingolstadt, dans un lieu de passage, afin d'être certains qu'ils soient rapidement retrouvés. Un plan machiavélique qui pose la question du mobile. "L’enquête nous a amenés à supposer que l’accusée voulait se cacher en raison d’un différend familial et simuler sa propre mort à cet effet", a déclaré lundi matin Veronika Grieser, sans donner plus de précisions. 

S’il est reconnu coupable, le couple encourt des peines d’emprisonnement à perpétuité.


Pierre Antoine VALADE

Tout
TF1 Info