Allemagne : une manifestation contre l'extrême-droite rassemble au moins 150.000 personnes à Berlin

par TD avec AFP
Publié le 3 février 2024 à 18h18

Source : Sujet TF1 Info

De nouvelles manifestations conte l'extrême-droite ont rassemblé une large foule à Berlin et dans le reste de l'Allemagne.
Dans la capitale, on a compté plus de 150.000 participants, selon la police.
Une mobilisation saluée par le chancelier Olaf Scholz.

Chaînes humaines devant le Reichstag, slogans anti-fascistes scandés en chœur...  La police allemande a compté 150.000 manifestants ce samedi à Berlin, une foule dense venue participer à l'un des quelque 200 rassemblements prévus à travers le pays pour signifier un rejet de l'extrême droite et de ses idées. "Nous sommes 300.000 personnes à Berlin et des dizaines de milliers dans les rues de toute l'Allemagne et en livestream. Vous êtes fous !", ont lancé avec allégresse les organisateurs sur le réseau social X.

"Nous avons besoin de plus d'humanité"

La place située devant le Reichstag, en plein centre du quartier du pouvoir, était noire de monde en milieu de journée. Nombreux étaient d'ailleurs les manifestants qui n'ont pas pu y accéder, contraints de se rediriger sur les rives de la Spree et du côté du parc du Tiergarten voisin. "Tous ensemble contre le fascisme !", a répété la foule, suivie en direct sur Internet par le biais de retransmissions vidéo proposées via YouTube. 

Sur les pancartes bariolées brandies dans le cortège, on pouvait lire des slogans tels que "Du cœur au lieu de la haine", "Le racisme n'est pas une alternative", ou encore "Liberté Égalité Fuck AfD", une référence au parti anti-migrants et anti-système Alternative pour l'Allemagne.

Les 200 rassemblements populaires organisés à travers l'Allemagne témoignent du choc provoqué au sein d'une partie de la population par les révélations, début janvier, d'un média d'investigation nommé Correctiv. Ce dernier a en effet relaté la tenue d'une réunion en novembre rassemblant des membres de l'AfD, des néonazis ainsi que d'entrepreneurs. Une rencontre organisée à Potsdam, ville voisine de Berlin, au cours de laquelle a été discuté d'un plan d'expulsion d'Allemagne visant les personnes étrangères ou d'origine étrangère.  

Une chaîne humaine s'est déployée devant le Reichstag.
Une chaîne humaine s'est déployée devant le Reichstag. - RAPHAELLE LOGEROT / AFP

Sur fond de ralentissement économique et d'inflation, l'extrême-droite ne cesse de progresser dans les sondages. Et ce alors que se profilent dans quelques mois d'importantes élections régionales dans l'est de l'Allemagne. "Je ne sais pas si ces manifestations auront un effet sur les électeurs de l'AfD, mais il est important de donner un signal, car l'humanité disparaît dans les relations entre les gens et nous avons besoin de plus d'humanité et de respect pour nos différences", a témoigné la manifestante Margret Hurth, éducatrice de 53 ans basée à Berlin.

Les manifestations se sont déroulées sans heurts, sous la surveillance des quelque 700 policiers déployés dans la capitale. Cet élan populaire a fait réagir le chancelier fédéral Olaf Scholz, qui s'est exprimé sur ses réseaux sociaux. "Que ce soit à Eisenach, Homburg ou Berlin : dans des petites et grandes villes de tout le pays, de nombreux citoyens et citoyennes se rassemblent pour manifester contre l'oubli, contre la haine et l'incitation à la haine ce week-end aussi. Un signe fort pour la démocratie et notre Constitution", a-t-il lancé.

"L'AfD développe des forces de plus en plus radicales. C'est un parti profondément d'extrême droite. Je suis littéralement secoué chaque fois que j'entends ces discours haineux", a pour sa part souligné le chef de la CSU Markus Söder, interrogé dans la presse. Ces sorties ont été vivement dénoncées dans les rangs de l'AfD : "Où en sommes-nous en Allemagne lorsqu'un gouvernement appelle à une manifestation contre une partie de la population ?", a réagi le parti d'extrême-droite, déplorant une "campagne contre le seul véritable parti d'opposition d'Allemagne".


TD avec AFP

Tout
TF1 Info